•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Récidive des « Schtroumpfs » mystérieux dans le parc de la Maison O’Neill

Les trois personnages aux allures de Schtroumpfs musclés portent des cagoules.

L'oeuvre « Le fruit maudit », de Cooke-Sasseville, est présentée tout l'été dans les jardins de la Maison O'Neill.

Photo : Radio-Canada

Jean-François Cooke et Pierre Sasseville reviennent à la charge cet été dans le parc de la Maison O’Neill avec une nouvelle oeuvre mettant en scène un trio de personnages surdimensionnés.

Le duo qui travaille en collaboration depuis plus de 20 ans propose cette fois une intrigue oscillant entre l’univers de la BD et les milieux interlopes.

Les trois personnages aux allures de Schtroumpfs musclés portant des cagoules qui formaient l’an passé le tableau Le fruit maudit sont de retour. Les géants de près de quatre mètres ont été repositionnés pour former une nouvelle œuvre qui s’intitule Le fruit maudit, tome 2 : La dent contre nous.

La scène fait vivre aux spectateurs des sentiments partagés entre la séduction et le voyeurisme, estime l’artiste Pierre Sasseville.

« Nos personnages rappellent l’univers de Peyo et de ses Schtroumpfs, mais revisité de façon énigmatique et mystérieuse. »

— Une citation de  Pierre Sasseville, artiste membre du duo Cooke-Sasseville

Les trois personnages sont installés dans un boisé et tentent de dissimuler un objet.

Deux hommes se tiennent devant leur oeuvre d'art.

Le duo d'artiste Cooke-Sasseville

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

La chose la plus frappante quand on arrive devant l'œuvre, c’est cet étrange rapport d’échelle par rapport à nous-mêmes, explique l'artiste de Québec.

L’exposition est présentée par Québec BD jusqu’à la fin du mois d’août au 3160, boulevard Wilfrid-Hamel.

Pierre Sasseville recommande à tous ceux qui ont vu l'œuvre l’an passé de la revisiter parce qu’elle n’est pas exactement au même emplacement et l’objet qui est enterré est complètement différent.

Avec la collaboration de Gabrielle Morrissette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !