•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des odeurs d’égout dans le secteur Pointe-du-Lac

Débit d'eaux usées

Les mauvaises odeurs dans le quartier proviennent de la station de pompage de Pointe-du-Lac, selon Marjolaine Cloutier.

Photo : Jacques Marcoux/CBC

Une citoyenne du secteur Pointe-du-Lac à Trois-Rivières dénonce les odeurs nauséabondes qui se dégagent de la station de pompage située aux coins des rues Notre-Dame Ouest et du Chemin de la Pointe-du-Lac.

La Trifluvienne Marjolaine Cloutier estime que les mauvaises odeurs sont présentes depuis que la station a été construite, il y a un peu moins de 10 ans.

Ça empire avec les années. Il y a toujours des moments où c’est plus ou moins fort, mais en fin de semaine, par exemple, on essayait de faire du barbecue et les odeurs se mélangeaient à celles des épices , a raconté Marjolaine Cloutier à l’émission Toujours le matin.

La citoyenne dit avoir rempli plusieurs requêtes à la Ville de Trois-Rivières via l’application 311, mais chaque fois, ses demandes sont annulées, et non traitées. Selon ses observations, il n’y a jamais personne à la station de Pointe-du-Lac.

« Une fois, on m’a répondu que les travaux seraient très chers et très compliqués à faire, donc j’ai compris entre les lignes que rien ne va se faire bientôt. Plus on est nombreux, plus la situation fait du bruit, c'est à ce moment-là que les choses bougent, mais avec mon petit problème de quartier, on est laissé à nous-mêmes. »

— Une citation de  Marjolaine Cloutier, résidente du secteur Pointe-du-Lac à Trois-Rivières

La citoyenne estime que le conseiller municipal de son secteur, François Bélisle, est son dernier espoir. Il est au courant et il prend ça au sérieux , ajoute-t-elle.

Une firme externe impliquée

Le conseiller municipal du district Pointe-du-Lac, François Bélisle, constate la même puanteur que Marjolaine Cloutier. «  Ça vient par secousse. Il y a des jours où tout est beau et puis, les 3 à 4 jours qui suivent, c'est épouvantable », avoue le conseiller.

Il assure toutefois que la Ville de Trois-Rivières reconnaît le problème et qu'elle consulte actuellement une entreprise spécialisée pour évaluer l'ampleur des travaux à faire pour régler le problème.

« La Ville m'a dit ''peu importe le prix, on va s'en occuper'' », confie-t-il.

Il affirme aussi qu'une enquête est en cours pour vérifier le bon fonctionnement de l'application 311 de la Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !