•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Face aux perturbations, des voyageurs prennent leurs précautions à l’aéroport de Calgary

Des voyageurs à l'aéroport de Calgary.

Selon l'Administration aéroportuaire de Calgary, le trafic de voyageurs a augmenté régulièrement en avril et en mai 2022.

Photo : Radio-Canada / Sofiane Assous

Sofiane Assous

La grande vague des départs en vacances prend doucement son envol à l'aéroport international de Calgary, sur fond d’informations de perturbations dans quelques aéroports à travers le monde. Pour y remédier, des passagers prennent leurs précautions pour éviter d’être pris dans « le piège » des retards.

Selon l'Administration aéroportuaire, le trafic de voyageurs a augmenté régulièrement en avril et en mai 2022. L’aérogare albertaine a accueilli 1,3 million de passagers au mois de mai, soit environ 42 000 visiteurs par jour.

La demande pour les voyages a repris son rythme de croisière en raison de l'assouplissement des restrictions sanitaires à travers le pays.

La fréquentation devrait atteindre 50 000 visiteurs par jour en juillet et en août pour un total estimé à 13 millions de voyageurs attendus en 2022, contre 6,3 millions en 2021.

Manuela Ponte est arrivée bien à l’avance pour son vol de 10 h 30. Elle se réjouit des bonnes conditions d’embarquement. Elle s’attendait bien au pire. Il a fallu beaucoup de détails et beaucoup d'efforts et du temps pour s'assurer que tout était bon, mais ça s'est très bien passé, affirme-t-elle.

Manuela Ponte.

Manuela Ponte conseille aux voyageurs de ne pas avoir trop de bagages et de garder leurs affaires les plus importantes en cabine.

Photo : Radio-Canada / Sofiane Assous

Nous avons entendu dire que la sécurité a été terrible dans les aéroports et que beaucoup de gens ont manqué leur vol. Nous voulons être très bien préparés et de ne pas avoir de retards, ajoute-t-elle.

La Calgarienne assure que ce qui est le plus important, c'est d’avoir une marge de manœuvre pour anticiper le moindre problème. Nous nous sommes donné trois heures, explique-t-elle.

Elle conseille également aux voyageurs de ne pas avoir trop de bagages et d’apporter leurs affaires les plus importantes en cabine. C'est un peu de travail, mais cela nous aide vraiment. Assurez-vous de ne pas laisser dans votre sac des choses que vous n'êtes pas autorisé à mettre comme les articles dangereux, dit-elle.

Elle ajoute : Avec un peu plus de compréhension et de patience, je suis sûr que ce sera bon pour tout le monde.

Toronto, une destination qui fait peur

Femena Odhigbo.

Femena Odhigbo redoute son escale à Toronto après avoir entendu parlé de longues files d’attente aux comptoirs des lignes aériennes, à la sécurité et aux douanes de l’aéroport Pearson.

Photo : Radio-Canada / Sofiane Assous

L'ambiance est plutôt calme à l’aéroport international de Calgary en ce dernier mardi du mois de juin. C’est ce qui étonne Femena Odhigbo, qui se rend au Nigeria avec sa famille.

Il dit avoir entendu beaucoup de choses qui se passent dans les aéroports du monde entier, notamment à Londres et à Montréal. Mais c’est sa première destination qui lui fait particulièrement peur. Son plan de vol prévoit une escale à Toronto, puis une autre à Francfort, en Allemagne, avant d’arriver à Abuja. Lui aussi s’est présenté trois heures avant le début de son périple.

Mon vol est prévu à 11 h, et je suis ici depuis 7 h 30. J'attends que le personnel d'Air Canada se présente pour commencer l'enregistrement, dit Femena Odhigbo.

J'ai lu dans les nouvelles qu'il y a des retards, notamment à Toronto. Donc,, je ne sais pas si Lufthansa [la compagnie qui m'a vendu un billet] est concernée. Je me sens un peu mal à l'aise avec ça. Je ne veux pas que mon voyage soit perturbé aujourd'hui, explique Femena Odhigbo.

L'Autorité aéroportuaire conseille aux voyageurs de bien s’informer des formalités de voyage avant le départ. Elle recommande d’adopter certaines mesures individuelles en amont, comme se défaire de tous les liquides dans les bagages à main et de tous les objets tranchants.

Les voyages ne se font plus comme en 2020, et nous faisons tout ce que nous pouvons pour aider les visiteurs à se préparer et à éliminer certaines turbulences en cours de route , conclut Chris Miles, vice-président des opérations et des infrastructures de l'Administration aéroportuaire de Calgary.

Avec les informations de William Hamelin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !