•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une coalition demande la réouverture de l’urgence de Plessisville

Les six membres du comité sourient devant le CLSC.

L'homme d'affaires Richard Côté, le maire de Villeroy Éric Chartier, le médecin Marcel Dumont, l'avocat à la retraite Jules Bellavance, la pharmacienne Josée Demers et l'agriculteur Alain Brassard font partie du comité.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Une coalition d'élus, de gens d'affaires et du milieu médical de la MRC de l'Érable demande la réouverture de l'urgence du CLSC de Plessisville. Cette dernière est fermée depuis quelques années.

La coalition demande au ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, d'autoriser la création d'un Centre de santé régional à titre de projet pilote.

Ce Centre permettrait notamment de rétablir un service dédié aux urgences mineures 24 heures par jour, 7 jours sur 7 dans le secteur, et limiterait ainsi les visites aux urgences de Thetford Mines et de Victoriaville pour les résidents de la MRC de l'Érable.

Selon le comité, le projet pourrait aussi aider les 11 000 patients sans médecin de famille de la région à consulter des professionnels de la santé plus facilement.

Il faut penser que des gens n'ont pas de voiture, et des gens n'ont pas de possibilités d'aller à l'urgence, souligne la pharmacienne et membre du comité Josée Demers.

Une affiche du Centre de santé et de services sociaux d'Arthabaska-et-de-l'Érable.

Le CLSC de Plessisville est toujours ouvert pour certains services, mais sans urgence.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Ce qu’on propose, c’est un Centre de santé qui va être intégré dans tout le système de santé québécois et qui va être complémentaire aux lacunes qu’on peut avoir présentement dans la distribution des soins, explique le docteur Marcel Dumont.

Selon les instigateurs de l'initiative, les ressources humaines nécessaires au projet sont déjà mobilisées.

« On a plusieurs personnes retraitées. Des infirmières, des médecins de famille, même des urgentologues qui sont rendus à la retraite qui seraient prêts à travailler trois ou quatre jours par semaine, deux ou trois heures, des blocs de quatre heures, qui restent dans notre région.  »

— Une citation de  Éric Chartier, maire de Villeroy

Le CIUSSS MCQ a déjà pris connaissance du projet pilote et affirme vouloir collaborer pour trouver de meilleures solutions dans l'intérêt de la population. Actuellement en mission au Danemark, le ministre de la Santé du Québec n'a pas encore été en mesure de réagir à cette proposition.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !