•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d’Amos déclare un surplus de 700 000 $

L'homme parle au micro en souriant.

Le maire d'Amos, Sébastien D'Astous. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

La Ville d’Amos a réalisé un surplus de 702 406 dollars sur un budget de 41,5 millions de dollars en 2021.

C’est ce qui se dégage du rapport sur la situation financière récemment rendu public. Les surplus du Service de l’électricité [1,25 M$], l’augmentation des droits de mutation [273 201 $] et une subvention pour la cueillette sélective et le recyclage [129 651 $] ainsi qu’une réduction des dépenses durant la pandémie expliquent en partie cet excédent.

La Ville d’Amos a aussi investi 16,9 millions de dollars dans ses infrastructures avec l’aide des gouvernements provincial et fédéral en 2021. Il s’agit d’une hausse importante comparativement aux 9,4 millions de 2020.

« C’est vraiment une très grosse année. Il faut comprendre qu’on a pris la décision d’acheter le centre entrepreneurial, qui [représente] 3 millions sur la dette, mais ça fait ses frais. On a aussi investi beaucoup d’argent au niveau des infrastructures. »

— Une citation de  Sébastien D'Astous, maire d'Amos

On a fait le projet CECO [rues des Cèdres, des Érables, des Chênes et des Ormes], la 4e Rue Est et la 6e Avenue Est. On a aussi fait, et ce n’était pas prévu, la nouvelle rue pour des édifices multi logements [dans le parc industriel JE Therrien], alors il a fallu acheter le terrain et développer la rue, avec l’objectif de créer 120 unités de logements à court terme, fait-il valoir.

Des triplex en construction sur la 4e avenue à Amos.

Des triplex en construction à Amos en 2021. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

M. D'Astous se réjouit d’avoir effectué les nombreuses réfections des infrastructures et mises à jour des bâtiments avant la flambée de l’inflation qui sévit présentement.

C’est par chance, mais on a fait ces investissements dans le bon temps. C’est sûr qu’on va ralentir dans les prochaines années pour revenir à un taux d'investissement plus normal. Ça reste que les investissements qu’on a faits étaient nécessaires et que c’est aussi pour créer de la richesse. On veut développer des terrains, on veut développer des unités de location, ce qui va à moyen terme ramener des taxes, estime le maire D’Astous.

La dette franchit les 50 M$

La dette a quant à elle progressé de 17 % en 2021 pour atteindre 50,8 millions de dollars. La Ville d’Amos dispose toutefois d’un bas de laine de 9,5 millions avec ses réserves financières, ses surplus accumulés et son fonds de roulement, rappelle Sébastien D’Astous.

Elle respecte aussi toujours les indicateurs de performance prévus dans sa politique de gestion de la dette adoptée en 2018. Le ratio du coût du service de la dette sur les dépenses s’élève à 9,6 % et il ne doit pas dépasser 15 %.

La part de la dette totale sur les revenus est de 117 % et s’approche du taux maximal fixé à 120 %. Cet indicateur pourrait subir l’impact de la hausse des taux d’intérêt à moyen terme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !