•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Yellowknife poursuivie pour 700 000 $

La mairie de Yellowknife.

Cornerstone accuse la Ville de ne pas avoir payé ses frais d'agence pour des contrats liés à des parrainages.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Radio-Canada

Une agence de marketing et de publicité de l'Ontario poursuit la Ville de Yellowknife pour des centaines de milliers de dollars en factures prétendument impayées.

Dans des documents déposés à la Cour suprême des Territoires du Nord-Ouest, Stream Three, qui opère sous le nom Cornerstone Sponsorship Management, affirme avoir un contrat avec la capitale ténoise pour gérer les parrainages depuis 2017.

L’entreprise explique que son rôle est d’organiser des parrainages pour les installations de Yellowknife, comme le Field House, et pour des événements organisés par la Ville. En retour, cette dernière doit afficher les logos des commanditaires, selon les documents judiciaires.

Dans le cadre de son contrat, Cornerstone doit négocier les accords de parrainages et précise que c’est ensuite à la Ville de s’assurer que l’accord est respecté. Elle doit aussi récupérer le paiement.

En retour, Cornerstone affirme recevoir 25 % des fonds de parrainage comme frais d’agence. L’agence ajoute que si la Ville décide de recruter des commanditaires de son côté, sans son aide, elle perçoit tout de même le quart des fonds.

Cornerstone, qui affirme que la Ville de Yellowknife n’a souvent pas respecté sa part des accords, poursuit maintenant la municipalité pour 689 000 $ de frais d’agence impayés et 50 000 $ de dommages et intérêts.

Aucune allégation n’a, pour le moment, été prouvée en cour. La Ville n’a pas encore déposé sa défense et refuse de commenter, car, dit-elle, il s’agit d’une affaire actuellement devant les tribunaux.

Dans une des allégations, Cornerstone soutient avoir reçu des instructions de la Ville pour vendre des parrainages de vestiaires dans plusieurs installations en 2017.

Les entreprises parrainant ces vestiaires devaient voir leur nom inscrit sur les guides de loisirs et sur la porte du vestiaire. Cependant, Cornerstone affirme que la Ville n'a rien fait de tout cela.

L’entreprise dit avoir réussi à obtenir le parrainage de 30 % des vestiaires, mais avoir ensuite cessé de vendre des forfaits à cause du non-respect des ententes.

Cornerstone, en toute conscience, n'a pas été en mesure de participer à d'autres ventes de parrainage jusqu'à ce qu'elle soit convaincue que la Ville remplisse, et remplira, ses obligations envers les commanditaires, lit-on dans les documents judiciaires.

Cornerstone ajoute aussi que la Ville n'a pas apaisé les commanditaires qui avaient payé pour la signalisation de l'aréna communautaire de Yellowknife lorsque celui-ci a été temporairement transformé en centre de désintoxication.

L'entreprise affirme que le manquement de la Ville à ses obligations nuit à sa crédibilité.

La perception erronée, par l'association avec la Ville, d'être responsable d'une activité frauduleuse consistant à prendre systématiquement de l'argent aux commanditaires et à ne pas fournir la contrepartie promotionnelle[...] a un effet important sur la réputation de Cornerstone, détaillent les documents de cour.

L’agence accuse aussi la Ville d’avoir échoué à signaler des parrainages qu’elle a acquis seule et de ne pas avoir versé les frais d’agence pour ces accords.

Une apparition en cours est prévue le 8 juillet pour les deux parties.

Avec des informations d'Hilary Bird

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !