•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cheffe du Service de police de Thunder Bay est suspendue

La cheffe de police Sylvie Hauth pose pour une photo.

La cheffe de police de Thunder Bay, Sylvie Hauth, sur une photo d'archives, a été appelée à témoigner devant la Commission civile de l'Ontario sur la Police.

Photo : CBC/Sinisa Jolic

Radio-Canada

La Commission des services policiers de Thunder Bay (CSPTB) a suspendu la cheffe de police, Sylvie Hauth, en raison de « sérieuses allégations » avancées par la Commission civile de l'Ontario sur la police (CCOP).

La suspension est en vigueur immédiatement, selon un court communiqué de presse envoyé par la CSPTB en fin d'après-midi mardi, en attendant le résultat de l'enquête de la CCOP.

Le chef adjoint par intérim, Dan Taddeo, dirigera le Service de police de Thunder Bay (SPTB) jusqu'à nouvel ordre.

Plus tôt dans la journée, lors d'une réunion, Malcolm Mercer, l'administrateur nommé par la province pour prendre le contrôle de la CSPTB, avait tenu une période de discussion à huis clos, pour discuter des accusations concernant la cheffe Hauth.

« Un des points que nous devons aborder, et qui met la table pour d’autres discussions, est le fait que la Commission civile de l’Ontario sur la police a déposé des accusations, si c’est le bon terme, contre la cheffe. »

— Une citation de  Malcolm Mercer, administrateur de la Commission des services policiers de Thunder Bay

Je ne crois pas que cela prenne beaucoup de temps, mais je crois qu’il est mieux que nous ayons cette discussion d’entrée de jeu, a ajouté M. Mercer.

Cette discussion a duré un peu moins d’une heure.

Malcolm Mercer est assis sur un banc.

Malcolm Mercer a le seul droit de vote en raison de la mise en tutelle de la Commission des services policiers de Thunder Bay.

Photo : Twitter/Malcolm Mercer

Le président de l’Association des policiers de Thunder Bay, Colin Woods, avait affirmé après la réunion qu’il surveillerait de près la façon dont M. Mercer et la CSPTB vont gérer la situation entourant l’enquête de la CCOP.

Je ne sais pas s’ils vont décider de suspendre [la cheffe de police], mais je vais garder un œil là-dessus, a-t-il déclaré avant l'annonce.

L'avocate Chantelle Bryson, qui représente plusieurs policiers et civils qui ont déposé des plaintes contre le SPTB, avait demandé la semaine dernière la suspension de Mme Hauth.

Processus d'embauche en cours

La CSPTB a approuvé mardi l’embauche de la firme Odgers-Berndtson pour recruter un nouveau chef pour remplacer Sylvia Hauth, qui a prévu partir à la retraite le 14 juin 2023.

D’après le plan d’embauche proposé par la firme, le corps policier serait en mesure de trouver un remplaçant d’ici décembre 2022, soit environ 6 mois avant le départ de Mme Hauth.

La firme a été impliquée dans la sélection de trois chefs de police et de deux chefs adjoints du SPTB, ainsi que pour l’embauche d’employés-cadres de la Ville de Thunder Bay.

Georjann Morriseau, une membre de la CSPTB qui a porté plainte contre la commission et le Service de police de Thunder Bay au Tribunal des droits de la personne de l'Ontario, a fait part de ses inquiétudes concernant le choix de la firme.

Georjann Morriseau pose pour une photo.

Georjann Morriseau, membre de la Commission des services policiers de Thunder Bay.

Photo : CBC / Nicole Ireland

Elle se questionne particulièrement sur le taux de succès de la firme pour trouver des candidats de qualité, car certains d'entre eux font ou ont fait face à des accusations en lien avec leur travail au SPTB.

Cela comprend le prédécesseur de Sylvie Hauth, Jean-Paul Levesque, qui a été accusé d'abus de confiance et d'entrave à la justice.

Il a été acquitté en janvier 2018, puis a annoncé sa retraite trois mois plus tard.

Le maire de Thunder Bay, Bill Mauro, a rappelé que c'est la Commission qui fait le choix d'embaucher ou non un candidat, et non pas la firme.

Mme Hauth a été nommée cheffe le 1er novembre  2018, avant que M. Mauro ne soit assermenté comme maire.

Nous espérons être impliqués avec la commission pendant le processus d’embauche, affime Colin Woods. Je m’attends à ce que l’Association soit consultée.

Une dernière chance pour la police municipale

Le maire de Thunder Bay, Bill Mauro, et M. Woods ont fait part de leur souhait pour qu’un candidat extérieur au SPTB soit considéré pour remplacer Mme Hauth.

Michael Kampa, professeur de criminologie à l’Université d’Ottawa, a été surpris par cette position.

C’est très inhabituel pour un syndicat de dire "cherchons à l’extérieur du service de police", mais je dirais que c’est important de le faire, affirme le professeur.

La seule chose que je soulignerais, c’est que vous pouvez trouver le chef le plus progressiste et astucieux sur la planète, mais il ne pourra pas mener une réforme du Service de police de Thunder Bay à lui seul, ajoute-t-il.

M. Kampa estime que le choix du nouveau chef est la dernière chance pour le service de police municipale de s’améliorer.

« Si la situation n’est pas rectifiée, si nous ne voyons pas et ne montrons pas une meilleure satisfaction communautaire chez tous les groupes racisés, surtout les peuples autochtones de Thunder Bay et des environs, la CCOP va intervenir et, possiblement, démanteler le service de police et le remplacer par la Police provinciale de l’Ontario. »

— Une citation de  Michael Kampa, professeur de criminologie à l’Université d’Ottawa

Je ne crois pas que [la commission] veut se rendre à ce point-là. Je crois qu’elle veut que le service de police connaisse du succès, ajoute M. Kampa.

Avec les informations de Chris St-Pierre et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !