•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chiens de soutien seront offerts dans les nouveaux tribunaux spécialisés

Le chien Kanak repose sa tête sur les genoux de sa maîtresse.

Kanak a été le premier chien au Québec à être utilisé comme chien de compassion. (Archives)

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Certaines victimes québécoises de violences conjugale ou sexuelle pourront être accompagnées d'un chien de soutien lors de leurs comparutions devant les tribunaux. Les palais de justice de Drummondville et Granby sont parmi les endroits où ce sera possible.

Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, a annoncé mardi le lancement d'un projet pilote en collaboration avec le Réseau des CAVAC et la Fondation Mira.

Des chiens de soutien seront offerts dans les tribunaux spécialisés qui ont été récemment créés pour traiter les cas de violences sexuelle ou conjugale.

Le ministre affirme que la présence des animaux apportera du réconfort aux victimes et les aidera à se sentir plus en confiance et en sécurité pendant qu'elles naviguent dans le processus judiciaire.

Le programme-pilote de chiens d'assistance sera lancé dans les cinq premiers districts dans lesquels le tribunal spécialisé a été déployé, soit dans les palais de justice de Québec, Salaberry-de-Valleyfield, Granby, Drummondville et La Tuque.

L'Assemblée nationale a adopté l'an dernier un projet de loi créant les tribunaux spécialisés, qui visent à offrir un environnement favorable aux victimes qui se présentent pour dénoncer leurs agresseurs présumés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !