•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Galle verruqueuse : l’enquête d’Ottawa tarde à se conclure, déplorent des fermiers

Un champ de pommes de terre.

Le Conseil de la pomme de terre presse le gouvernement fédéral de conclure son analyse, car la reprise des exportations de pommes de terre de semence de l’île en dépend (archives).

Photo : Radio-Canada / WAYNE THIBODEAU

Radio-Canada

Le Conseil de la pomme de terre de l’Île-du-Prince-Édouard presse l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) de finir son enquête sur la galle verruqueuse dans les champs de la province.

L’agence fédérale mène cette enquête depuis que des cas de cette maladie ont été découverts dans deux champs il y a sept mois.

« Ça va prendre plus d’un an pour obtenir le nombre d’échantillons qui doivent être analysés. »

— Une citation de  Greg Donald, directeur général du Conseil de la pomme de terre de l’Île-du-Prince-Édouard

Le directeur général du Conseil de la pomme de terre de l’Île-du-Prince-Édouard, Greg Donald, est préoccupé par la vitesse à laquelle le prélèvement des échantillons de sols et les analyses de laboratoire sont réalisés.

Le directeur général du Conseil de la pomme de terre de l'Île-du-Prince-Édouard est dans un champ de pommes de terre.

Greg Donald, directeur général du Conseil de la pomme de terre de l'île, estime qu'il y a une baisse de 5 % dans le nombre d’acres de pommes de terre plantés ce printemps, à cause de l’incertitude causée par l’enquête (archives).

Photo :  CBC / Cody MacKay

Il y a certainement des problèmes de capacité de traitement des échantillons. La dernière mise à jour que nous avons reçue indiquait qu’ils [les employés de l’agence fédérale] pouvaient effectuer environ 3000 analyses par mois, précise-t-il.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments a besoin de traiter plus de 36 000 échantillons pour finaliser son enquête, souligne l'Agence par courriel.

Le Conseil de la pomme de terre presse le fédéral de conclure son analyse, car la reprise des exportations des pommes de terre de semence de l’île en dépend.

Seules les exportations de pommes de terre destinées à la consommation ont repris en avril dernier.

Les pommes de terre de semence représentent pourtant environ 10 % de la production annuelle de l’île.

Le Conseil de la pomme de terre prévoit une baisse de 5 % du nombre d’acres de pommes de terre plantés ce printemps à cause de l’incertitude causée par l’enquête.

Les efforts mis dans l’enquête

L’Agence canadienne d’inspection des aliments a déclaré pour sa part que le processus d’échantillonnage sera conclu à la fin de l’automne.

Les efforts d’échantillonnage se poursuivront à plus petite échelle pendant la saison de croissance estivale et reprendront complètement lorsque la récolte commencera, indique la déclaration de l’Agence.

Une mise à jour sur l’enquête sera publiée en juillet et des comptes rendus seront disponibles tous les trimestres, jusqu’à ce que l’enquête soit terminée, assure l'agence.

Environ 12 millions de dollars sur deux ans ont été prévus dans le budget fédéral d’avril 2022 pour accélérer l’analyse des cas de galle verruqueuse à l’île.

Une pomme de terre avec une excroissance.

Une pomme de terre infectée par la galle verruqueuse. Ce champignon réduit le rendement des champs et rend les pommes de terre invendables (archives).

Photo : Agence canadienne d'inspection des aliments

Rétablir la réputation

Même si l’enquête n’est pas encore conclue, le Conseil de la pomme de terre de l’île tente de rétablir la réputation du produit insulaire auprès des acheteurs étrangers, souligne son directeur général Greg Donald.

Une délégation de l’île a assisté au Congrès mondial de la pomme de terre à Dublin, en Irlande, au début du mois.

Cela a montré au reste du monde que nous avons quelques problèmes à l’île, mais que nous sommes quand même un joueur important dans l’industrie mondiale de la pomme de terre, précise le directeur du Conseil.

Plus de 900 représentants des régions productrices de pommes de terre du monde entier étaient présents, ajoute Greg Donald en soulignant l’importance de l’événement pour le secteur.

Avec des informations de Nancy Russell, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !