•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta enregistre un surplus de 3,9 G$, une remontée historique

C'est la remontée fiscale la plus importante de l’histoire albertaine.

Un chevalet de pompage au coucher du soleil dans un champ.

Les revenus provenant des ressources non renouvelables, notamment les redevances pétrolières, comptent pour la moitié du redressement fiscal de l'Alberta.

Photo : Reuters / Todd Korol

Durant la dernière année, l'Alberta a connu les plus grands écarts sur le plan fiscal de son histoire. Après avoir projeté un déficit de 18,2 milliards de dollars pour 2021-2022, en pleine pandémie de COVID-19, la province termine l’année fiscale avec un surplus de 3,9 milliards.

C’est la première fois en sept ans que l'Alberta enregistre un surplus budgétaire.

Plus de la moitié de cette remontée fiscale historique est attribuable à l’augmentation des revenus provenant des ressources non renouvelables. Ceux-ci ont atteint un sommet historique de 16,2 milliards de dollars, soit 13,3 milliards de plus que prévu dans le budget de février 2021.

Plus spécifiquement, les redevances pétrolières ont été multipliées par 8 environ, passant d’une projection de 1,5 milliard à 11,6 milliards.

Face à l’incertitude causée par la pandémie de COVID-19, le gouvernement albertain avait initialement prévu des prix du baril de pétrole assez bas, mais la guerre en Ukraine les a fait exploser ces derniers mois. Plusieurs projets pétroliers ont aussi atteint leur maturité cette année et ont commencé à générer des redevances pétrolières beaucoup plus élevées.

Également, l’acquisition par le gouvernement albertain d’une participation de 50 % dans la raffinerie Sturgeon a rapporté environ deux milliards de dollars cette année, un revenu inattendu.

En tout, l’Alberta a enregistré des revenus de 68,3 milliards de dollars, soit 24,6 milliards de plus que prévu. Les impôts personnels et corporatifs ont augmenté de manière considérable, preuve de la reprise économique post-pandémie, mais l’Alberta a également obtenu 1,4 milliard de dollars de plus en transferts du gouvernement fédéral que ce qu'elle anticipait.

Le gouvernement conservateur uni a également dépensé 2,5 milliards de dollars de plus que prévu, soit 64,4 milliards au total. Une bonne partie de cette augmentation est attribuable à une augmentation des coûts en santé en raison de la pandémie de COVID-19. L’Alberta a également remboursé 1,3 milliard de dollars de sa dette, comme prévu.

Rectificatif

Une version précédente de ce texte affirmait que l’Alberta a remboursé 1,5 milliard de dollars de sa dette en 2021-22, alors qu’il s’agit plutôt de 1,3 milliard de dollars.

La dette s’établit maintenant à 93,1 milliards de dollars, un peu moins que la prévision du dernier trimestre, qui était de 97,7 milliards de dollars. Lors du dépôt du budget, en février 2021, l’Alberta anticipait une dette record de 115,8 milliards de dollars.

Gérer la manne, le nouveau défi de l’Alberta

Le Fonds du patrimoine a quant à lui atteint une valeur historique de 20 milliards de dollars. Ce fonds d’investissement a été créé en 1976 pour faire fructifier à long terme une partie des revenus des ressources naturelles non renouvelables de l’Alberta.

Le nouveau ministre des Finances de la province, Jason Nixon, a fait part de son intention de présenter un projet de loi à l’automne pour permettre à l’Alberta d’investir davantage dans ce fonds et d’y garder plus d’argent chaque année, ce qui générerait davantage de revenus.

Jason Nixon affirme que l’Alberta entre maintenant dans une nouvelle phase économique.

« Ma priorité est de s’assurer que nous utilisons cet argent de manière responsable et d’éviter les erreurs des gouvernements précédents en ce qui a trait à une manne financière liée aux ressources non renouvelables. »

— Une citation de  Jason Nixon, ministre des Finances de l’Alberta

Le professeur d’économie à l’Université de Calgary Trevor Tombe estime que l’occasion est idéale pour commencer à isoler l’Alberta de la volatilité des prix du pétrole. Il appuie l’idée du gouvernement conservateur uni d’investir davantage dans le Fonds du patrimoine, car cela pourrait générer, à long terme, des revenus beaucoup plus stables que ceux du pétrole.

Si le gouvernement planifie d’y investir une majorité de la manne pétrolière pour quelques années, cela changerait vraiment la donne. S’il n’y investit que quelques milliards de plus par année, cela ne changera pas grand-chose au final, estime l’expert.

Trevor Tombe estime que dans le premier scénario, l’Alberta pourrait éliminer sa dette en dix ans.

L’inflation au coeur des préoccupations du NPD

La chef du Nouveau Parti démocratique de l’Alberta Rachel Notley estime que le gouvernement doit investir davantage dans les systèmes d’éducation et de santé de la province. Mardi, elle a dénoncé les problèmes à l’hôpital Rockyview de Calgary.

Elle affirme que si elle était première ministre aujourd’hui, elle réindexerait au taux d’inflation les différents programmes de soutien financier de la province, comme celui pour les personnes sévèrement handicapées.

Elle appelle également le gouvernement à offrir immédiatement le rabais annoncé pour le gaz naturel et à augmenter celui pour l’électricité.

Le ministre Jason Nixon dit aussi considérer des mesures additionnelles pour aider les ménages à faire face à l’inflation, mais ne veut pas accentuer celle-ci en injectant trop d’argent dans l’économie. Il a déjà suspendu la taxe provinciale sur l’essence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !