•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mois d’attente pour un traitement contre le cancer en Colombie-Britannique

Un patient à l'hôpital.

Les personnes atteintes de cancer en Colombie-Britannique attendent plus longtemps qu'elles ne le devraient pour recevoir un traitement, en raison d’un manque de personnel en oncologie, selon BC Cancer.

Photo : Getty Images / Chris Hondros

Radio-Canada

Les personnes atteintes de cancer en Colombie-Britannique attendent plus longtemps qu'elles ne le devraient pour recevoir un traitement, en raison d’un manque de personnel en oncologie, selon le médecin-chef de l’agence BC Cancer, Nguyen Chi.

BC Cancer indique qu'il y a actuellement 19 postes d'oncologues à pourvoir dans la province, dont des oncologues médicaux et des radio-oncologues.

Le Dr Nguyen Chi explique que des dizaines de nouveaux postes d'oncologues médicaux ont été créés au cours de la dernière année, tandis que des oncologues en poste ont pris leur retraite ou quitté leur emploi.

Il reconnaît que les temps d'attente sont pénibles pour les malades et leur famille, qui sont déjà dans l’attente depuis qu’ils ont commencé à avoir des symptômes et à passer des tests médicaux.

« Attendre ne serait-ce qu'une journée est un défi pour les personnes atteintes. »

— Une citation de  Nguyen Chi, médecin-chef de BC Cancer

Selon le titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les soins aux personnes atteintes du cancer, le Dr Chris Booth, le temps d'attente idéal pour se faire prescrire un traitement contre le cancer est d'environ quatre semaines.

Efforts de recrutement

Le Dr Nguyen Chi précise que BC Cancer essaie de recruter de nouveaux professionnels à l’extérieur de la province, mais que la Colombie-Britannique est en concurrence avec d'autres provinces et régions du monde. Le coût de la vie et la difficulté pour les médecins étrangers d’obtenir un permis lorsqu'ils choisissent de pratiquer dans la province constituent toutefois des obstacles au processus, selon lui.

Il ajoute que BC déploie aussi des efforts pour recruter davantage d'infirmières et d'autres prestataires de soins de santé, comme des pharmaciens ou des radiothérapeutes. La province, quant à elle, prévoit la création de nouveaux centres anti-cancer à Burnaby et à Surrey, ainsi que l'agrandissement des centres existants.

En attendant, les médecins se rendent dans différentes régions de la Colombie-Britannique pour offrir des soins. Le Dr Nguyen Chi se rend de Vancouver à Victoria une fois par semaine, pour y traiter quatre patients par visite.

Selon la province, près de la moitié des Britanno-Colombiens recevront un diagnostic de cancer à un moment donné de leur vie.

Les traitements sont la chirurgie, la chimiothérapie ou la radiothérapie, et il arrive souvent que plus d'une forme de traitement soit utilisée.

Avec des informations de Courtney Dickson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !