•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une gériatre quitte le CHU Dumont

Un stéthoscope de médecin.

Le CHU Dumont de Moncton perd un autre médecin spécialiste, cette fois il s'agit d'une gériatre.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada.ca

Radio-Canada

Le Réseau de santé Vitalité confirme le départ d’une gériatre du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont.

Il s’agit d’une situation qui était attendue, indique Thomas Lizotte, porte-parole du Réseau de santé Vitalité.

Selon le site du Collège des médecins du Nouveau-Brunswick, il y a 13 gériatres dans la province, mais seulement deux travaillent chez Vitalité, les deux étant affiliées au CHU Dumont.

Le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont à Moncton.

Le départ de cette spécialiste est un autre coup dur pour le CHU Dumont de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Le réseau n’a pas voulu confirmer l’identité de la médecin ni indiquer combien de patients sont touchés.

Nous sommes en processus de répartir les dossiers des différents patients touchés par ce départ prévu au début septembre, affirme le porte-parole du Réseau de santé Vitalité, Thomas Lizotte. Des mesures ont déjà été mises en place afin de réduire les impacts sur les patients.

Ce départ survient après la perte de quatre oncologues au CHU-Dumont depuis un an.

Un oncologue a démissionné l’été dernier, deux ont annoncé qu’ils quitteraient leurs fonctions à la fin juillet et un dernier a récemment annoncé sa démission.

La ministre de la Santé Dorothy Shephard s'est dite très préoccupée par ces départs.

Le Dr Mark MacMillan dans une salle d'examen.

Le président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick, le Dr Mark MacMillan, estime que la province doit déjà planifier en vue des futurs besoins de main d'œuvre en santé.

Photo : Radio-Canada

Le président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick, Dr Mark MacMillan, affirme que la perte de médecins, en particulier des spécialistes, représente toujours un coup dur pour le système de santé.

Il croit que la province doit absolument concentrer ses efforts sur le recrutement du personnel.

Compte tenu de la charge de travail écrasante à laquelle les médecins se trouvent confrontés depuis le début de la pandémie, toutefois, il n’est pas surprenant que bon nombre d’entre eux en viennent à explorer d’autres possibilités. Nous devons nous concentrer d’urgence sur l’embauche d’un plus grand nombre de professionnels de la santé pour appuyer les médecins déjà en poste et remplacer ceux qui nous quittent.

La province doit trouver un nouveau recruteur des médecins

Le poste de recruteur des médecins du ministère de la Santé est à pourvoir, selon une porte-parole du ministère, Michelle Guenard.

Le poste dédié au recrutement des médecins au ministère de la Santé a très récemment été libéré, dit-elle, en précisant que chaque réseau de santé dispose aussi de personnel de recrutement au sein de leurs organisations.

Rappelons qu'environ 63 000 Néo-Brunswickois n'ont toujours pas de médecin de famille.

Certains médecins et infirmières sont d'avis que la province n'en fait pas assez pour recruter des professionnels de la santé, malgré les mesures incitatives offertes par le gouvernement.

Avec des informations de Sarah Déry et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !