•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cannabis T.-N.-L. : un transfert de renseignements personnels jugé risqué

Un homme fume du cannabis.

La société Cannabis T.-N.-L. propose aux clients de sa boutique en ligne d'accepter que leurs renseignements personnels soient transférés sur des serveurs aux États-Unis ou de les supprimer (archives).

Photo : Getty Images / CasarsaGuru

Radio-Canada

La société Cannabis T.-N.-L. demande à ses clients qui achètent ses produits en ligne d’accepter que leurs données soient transférées de serveurs au Canada à d’autres serveurs aux États-Unis. Des experts en protection des renseignements personnels leur conseillent de réfléchir avant d’accepter.

Le détaillant de cannabis exploité par la société des alcools de Terre-Neuve-et-Labrador explique dans un courriel que la plateforme Shopify, qui héberge son site web, a décidé de transférer les données le 31 juillet 2022.

David Murakami Wood, directeur des études de surveillance à l’Université Queen's, décrit ce projet comme le retrait de données d’un environnement relativement bien géré, transparent et protégé pour les transférer dans un environnement qu’il qualifie de Far West de la protection des renseignements personnels.

David Murakami Wood.

David Murakami Wood, chercheur en cybersécurité, estime que le transfert des données sur des serveurs aux États-Unis entraînera une perte de contrôle.

Photo : Gracieuseté : David Murakami Wood

Il n’a pas été possible d’obtenir des commentaires de la part de Shopify.

L'administrateur en chef du marketing de la société des alcools, Peter Murphy, précise que tous les renseignements donnés par les clients en ligne, dont leur nom et leur adresse, seront transférés sur des serveurs aux États-Unis. La société des alcools est convaincue que ces données seront dans un environnement très sécuritaire, souligne-t-il.

Cannabis T.-N.-L. propose aussi à ses clients de supprimer leurs renseignements personnels avant le transfert des données.

D’autres conséquences potentielles

Le cannabis est légal ou décriminalisé dans certains États américains, mais il demeure illégal aux États-Unis en vertu d’une loi fédérale. Le gouvernement canadien prévient d’ailleurs ses citoyens qu’ils peuvent être refoulés à la frontière américaine pour consommation de cannabis ou s’ils travaillent dans cette industrie.

Yuan Stevens, expert en technologie, cybersécurité et démocratie à l’Université métropolitaine de Toronto, affirme que les autorités américaines pourraient plus facilement obtenir les renseignements en question sur les acheteurs de cannabis à Terre-Neuve-et-Labrador après le transfert des données.

Peter Murphy.

Peter Murphy, administrateur en chef du marketing de la société des alcools de Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Katie Breen

Peter Murphy explique que la société des alcools a cherché une nouvelle plateforme pour héberger sa boutique virtuelle lorsqu’elle a appris, l'an dernier, que Shopify voulait transférer les données, mais elle n’a pas trouvé d’autres options satisfaisantes. Cannabis T.-N.-L. demande l’autorisation de ses clients pour transférer les données à cause des lois différentes aux États-Unis.

Selon M. Murphy, il est peu probable que les acheteurs canadiens de cannabis soient pénalisés par les autorités américaines.

David Murakami Wood estime que les possibles conséquences pour les acheteurs canadiens de cannabis sont imprécises en ce moment et qu'elles pourraient devenir graves si les lois en la matière aux États-Unis sont resserrées un jour.

D’après un reportage de Darrell Roberts, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !