•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendie à Jonquière : des logements recherchés pour une trentaine de sinistrés

Des gens assis dans une salle.

Des représentants de l'Office municipal d'habitation de Saguenay ont rencontré les sinistrés lundi après-midi au Motel Princesse, à Jonquière, où plusieurs sont hébergés depuis l'incendie.

Photo : Radio-Canada / Myriam Gauthier

L’Office municipal d’habitation (OMH) de Saguenay est à la recherche de logements pour une trentaine de sinistrés touchés par l’incendie d’un immeuble sur la rue Saint-Dominique à Jonquière. L’OMH ignore pour l’instant ce qu’il adviendra de l’édifice, dont certaines portions ont été lourdement endommagées.

Des représentants de l’OMH de Saguenay ont rencontré lundi en après-midi les 52 sinistrés qui ont été évacués dans la nuit de jeudi à vendredi lorsqu’un incendie s’est déclaré dans leur immeuble qui compte une cinquantaine d’habitations à loyer modique (HLM) et qui héberge plusieurs aînés.

La rencontre avait lieu au Motel Princesse, à Jonquière, où plusieurs sinistrés ont été logés temporairement par la Croix-Rouge. Certains résidents sont hébergés à l’hôtel Le Montagnais, à Chicoutimi, tandis que d’autres ont trouvé refuge chez des proches.

La rencontre, qui devait durer 30 minutes, s’est étirée pendant environ une heure afin de répondre aux questions des sinistrés. Des intervenants sociaux étaient également présents afin de soutenir les personnes touchées.

Les résidents sont maintenant pris en charge par l’OMH, qui gère l’immeuble, alors que l’aide d’urgence de 72 h de la Croix-Rouge prend fin.

Un édifice après un incendie, entouré de clôtures et surveillé par un gardien.

Les dommages subis par l'immeuble, construit en 1939, sont toujours en évaluation.

Photo : Radio-Canada / Myriam Gauthier

Un appel lancé au privé

L’OMH Saguenay tente de trouver des logements dans son parc immobilier, mais lance également un appel au privé pour pouvoir loger temporairement des sinistrés, a indiqué Arianne Villeneuve, directrice du service à la clientèle au sein de l'organisation, lors d’un point de presse tenu après la rencontre.

« Des démarches sont en cours pour effectivement les reloger pour une plus longue période, autant dans nos logements, que dans les marchés privés. On appelle à l’aide aux propriétaires privés de nous donner quelques logements, s’il en reste de disponibles. »

— Une citation de  Arianne Villeneuve, directrice du service à la clientèle à l’OMH Saguenay

Le défi demeure toutefois de taille, dans un contexte de pénurie de logements à Saguenay. L’OMH a également prêté main-forte la semaine dernière à des résidents évacués à La Baie en mettant à leur disposition des logements.

Dans notre parc immobilier, on est en train de faire des démarches pour en mettre en processus de location rapidement, a-t-elle ajouté, en précisant que l’équipe travaille très fort actuellement.

Les responsables de l’OMH s’affairent également à déterminer le nombre de résidents qui possèdent des assurances afin de préciser combien de locataires auront besoin de l’aide de l’organisme.

Le directeur général de l’OMH, Éric Gauthier, estimait lundi après-midi qu’une trentaine de personnes auraient besoin d’un logement temporaire. L’organisme assure que personne ne se retrouvera sans logis.

Une femme parle lors d'un point de presse.

Arianne Villeneuve, directrice du service à la clientèle à l’Office municipal d'habitation de Saguenay

Photo : Radio-Canada / Jonathan Lamothe

Peu d’espoir de pouvoir réintégrer

Des sinistrés rencontrés à la sortie de la rencontre avaient peu d’espoir de pouvoir récupérer leurs biens ou réintégrer l’immeuble qui a été lourdement endommagé par les flammes, mais aussi par la fumée et par l’eau lors de l’intervention des pompiers.

Il n’y a personne qui peut rentrer encore, on ne sait même pas encore si la bâtisse est assez sécuritaire pour qu’on puisse rentrer. Puis d’après ce qu’ils nous ont dit, il n’y a plus rien de récupérable , a partagé Isabelle Tremblay, qui venait d’emménager dans l’édifice il y a environ un an.

Il faut se trouver un logement, ils vont essayer de nous trouver des logements assez convenables pour nous autres , a souligné une autre sinistrée, Sylvie Simard, qui habitait dans l’immeuble depuis 11 ans.

Certains sinistrés, comme elle, seront logés à l’hôtel jusqu’à ce qu’un nouvel hébergement soit trouvé. En ce début des vacances estivales, les chambres libres sont parfois difficiles à trouver pour l’OMH et certains hôtels affichent complet.

de la fumée s'échappe du toit d'un immeuble à logements

Le bâtiment touché par l'incendie, dans la nuit de jeudi à vendredi, est un ancien pensionnat des Sœurs du Bon-Pasteur, qui a été converti en immeuble offrant des habitations à loyer modique (HLM).

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Pour plusieurs sinistrés, la rencontre a été émotive, alors qu’ils ne savent pas encore où ils logeront prochainement.

Comment je me sens? Pas bien, pas bien du tout. Non, ça me fait beaucoup de peine, puis ça me fait mal, a laissé tomber Myriam Tremblay, qui se trouvait devant le Motel Princesse, avec les quelques bagages qui lui restaient. Elle se trouvait dans un chalet lorsque l’incendie s’est déclaré.

Les dommages évalués

L’évacuation des résidents pourrait s’étirer, alors que l’immeuble a subi des dommages importants. L’évaluation des dommages et des causes de l’incendie se poursuit.

Un ingénieur de l’OMH a été mandaté afin d’évaluer la structure de l’édifice. Cette évaluation permettra ensuite de statuer sur l’avenir de l’ancien pensionnat des Soeurs du Bon-Pasteur, construit en 1939, et converti en immeuble à logements en 1985.

« On a été capables de cibler deux sections du bâtiment. Il y a une section qui est vraiment à risque d’effondrement, mais qui va nécessiter des mesures de protection avant de pouvoir aller expertiser davantage. »

— Une citation de  Danick Chayer, chargé de projets à l’OMH Saguenay

Une autre section demeure davantage sécuritaire. L’eau a causé vraiment des dommages sur les trois paliers, les trois niveaux, a ajouté M. Chayer.

Tous les scénarios sont présentement envisagés par l’OMH, dont celui d’une reconstruction de l’édifice.

feu dans un bâtiment et pompiers

C'est de ce côté de l'immeuble que le feu aurait pris naissance.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Il est également trop tôt pour que les sinistrés les moins touchés puissent récupérer des effets personnels. Plusieurs n’avaient que leurs vêtements de nuit, lors de l’évacuation.

Des intervenants ont toutefois pu retourner sur place depuis l’incendie, à la recherche d’effets personnels importants pour la santé de certains sinistrés.

Les lieux demeurent attentivement surveillés, alors que les pompiers ont dû intervenir de nouveau lundi matin pour éteindre un foyer d’incendie dans les décombres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !