•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

États-Unis : la forte demande de pilules du lendemain force CVS à limiter les achats

Une enseigne de la pharmacie CVS.

Les pharmacies CVS cherchent à éviter une pénurie du médicament.

Photo : Associated Press / Gene J. Puskar

Agence France-Presse

La chaîne américaine de pharmacies CVS a indiqué lundi avoir temporairement limité les achats de pilules du lendemain à trois boîtes par transaction afin d'éviter une pénurie, dans la foulée de la décision de la Cour suprême américaine de révoquer le droit à l'avortement.

Le groupe assure avoir dans ses magasins et sur son site de larges stocks de Plan B et d'Aftera, deux produits destinés à être pris dans les trois jours suivant un rapport sexuel non protégé et qui ont pour objectif d'empêcher la fécondation.

La pilule du lendemain est différente des médicaments abortifs, qui mettent fin à une grossesse.

Pour assurer un accès équitable et un approvisionnement constant dans les rayons des magasins, nous avons temporairement limité à trois le nombre de boîtes pouvant être achetées à la fois, a indiqué un porte-parole dans un message transmis à l'AFP.

Comme d'autres chaînes, et pour diverses raisons, CVS a dû faire face ces derniers mois au manque temporaire dans ses rayons de certaines marques de préparations lactées pour nourrissons et de tampons hygiéniques.

Walgreens, une autre grande chaîne de pharmacies aux États-Unis, a indiqué pour sa part n'avoir pas pour l'instant prévu mettre des restrictions sur les ventes de pilules du lendemain.

Walgreens est encore capable de répondre à la demande dans ses magasins, a indiqué une porte-parole. Le groupe s'efforce de réapprovisionner ses stocks en ligne pour la livraison à domicile, a-t-elle ajouté.

Selon le Wall Street Journal, la chaîne de supermarchés Walmart limitait aussi les ventes de pilules du lendemain à quatre ou six boîtes pour les commandes devant être livrées d'ici la fin du mois, mais pas pour celles devant être expédiées à partir de début juillet.

L'entreprise n'avait pas dans l'immédiat répondu à une sollicitation de l'AFP.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !