•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt un complexe commercial sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent ?

Vue en plongée sur un terrain vague entouré d'immeubles à condos et d'un chantier de construction.

Le promoteur immobilier Trimco est propriétaire du terrain qui pourrait accueillir un complexe commercial au coin de l'avenue des Draveurs et de la rue Des Commissaires.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’idée de développement de commerces de proximité sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent pourrait bientôt se concrétiser, assure Trimco, l'un des promoteurs immobiliers derrière la construction de plusieurs immeubles à condos. Des commerçants se seraient finalement manifestés pour occuper un complexe de 80 000 pieds carrés prévu sur le terrain situé au coin de l’avenue des Draveurs et la rue des Commissaires.

Guy Boutin, président de Trimco, affirme être en pourparlers avec une entreprise déjà bien en vue dans la région, qui pourrait louer à elle seule une superficie commerciale de 30 000 à 40 000 pieds carrés.

La construction du complexe pourrait débuter dès l’automne prochain, s'il obtient l'engagement de ce commerçant, indique-t-il.

Le lancement du projet dépend aussi de la décontamination du site. M. Boutin soutient que la Ville de Trois-Rivières avait sous-estimé les coûts de cette opération lorsqu'elle lui a vendu le terrain de 210 000 pieds carrés. Il invite la Ville à éponger une partie de la facture, qu'il estime entre 1,5 et 2,5 millions de dollars.

Une mise à jour attendue

Cette mise à jour survient au lendemain de la mobilisation d’un groupe de résidents qui craignent que le site soit transformé en un stationnement.

Leur porte-parole Luc Grondin, rappelle au promoteur et à l’administration municipale la promesse qui leur avait été faite lors de la vente d’unités d’habitation, soit celle d'implanter dans les phases de développement subséquentes des commerces de proximité.

« Réunir des gens dans un même quartier autour de centres d'intérêts prend davantage de sens lorsque ceux-ci sont en mesure d'avoir accès à des produits et des services à distance de marche. L'adresse sur le fleuve ne fait pas exception à cette tendance », relève M. Grondin, lisant la brochure de vente qu'il a toujours conservé. On peut notamment y lire un message du maire Jean Lamarche qui abonde dans le même sens.

Plusieurs années se sont depuis écoulées, mais l'épicerie et la pharmacie de quartier se font toujours attendre. «  C'est sur qu'on nous a vendu ça. Peut-être qu'on s'est fait bernés », déplore-t-il

« À défaut d’un centre commercial, on aimerait voir un parc vert... comme le parc Lambert, qui serait une oasis de fraîcheur et qui viendrait décloisonner les quartiers de l’Adresse sur le fleuve et celui de Sainte-Cécile... faire en sorte d'installer un espace communautaire avec des arbres. »

— Une citation de  Luc Grondin, résident du quartier Trois-Rivières sur Saint-Laurent

Le projet est entre les mains du promoteur, répond Jean Lamarche

Le maire de Trois-Rivières s'en remet au promoteur, à qui revient la liberté de développer le site, selon lui. Il propose toutefois d'intégrer des logements sociaux au projet en guise de solution à la pénurie de logements abordables.

On pourrait en profiter pour provoquer une certaine mixité sociale, aller chercher des rapprochements entre les différents secteurs. Ça devient intéressant de penser logement social, insiste Jean Lamarche, évoquant les besoins criants de logements abordables à Trois-Rivières.

Cette proposition ouvrirait également la voie à du financement de la part du gouvernement fédéral, dans le cadre de programmes pour la construction de logements sociaux. La somme reçue pourrait éponger une partie des coûts de décontamination du site, pense-t-il.

Quant au projet de stationnement qui suscitait la colère des citoyens, le maire explique qu'il est moins complexe et onéreux de décontaminer un terrain pour un tel usage.

Avec les informations de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !