•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un char allégorique se voulant « une satire politique », jugé raciste en Alberta

Le panneau d'accueil de la municipalité de Sundre, en Alberta.

La municipalité de Sundre, en Alberta, a fait les manchettes cette fin de semaine après que des images d'un char allégorique décrit comme une satire politique par certains et comme raciste par d'autres aient circulé dans les réseaux sociaux.

Photo : Radio-Canada / Dave Gilson

Radio-Canada

Un char allégorique non autorisé s'est inséré dans le défilé d'un rodéo à Sundre, dans le sud de l'Alberta, samedi. Alors que les auteurs semblent avoir voulu présenter une satire politique, ils ont choqué des spectateurs et des participants à l'événement.

AVERTISSEMENT : Ce texte contient des images que certains lecteurs peuvent trouver choquantes et offensantes, nous préférons vous avertir.

Un tracteur agricole conduit par un homme en veston cravate portant un masque semblant représenter Justin Trudeau, tire un épandeur de fumier dans lequel est assis un homme portant une fausse barbe et un faux turban, semblant dépeindre le chef du parti néo-démocrate. L'ensemble poste le nom : Le libéral.

Un homme peut être aperçu avec une fausse barbe et un faux turban sur un épandeur de fumier où il est écrit « Le libéral ».

Un homme peut être aperçu avec une fausse barbe et un faux turban sur un épandeur de fumier où il est écrit « Le libéral ».

Photo : Twitter

Le ministre des Finances de l'Alberta, Jason Nixon, le député du Parti conservateur uni George Chahal et un centre de la communauté sikhe de Calgary, le Dashmesh Culture Centre, ont notamment qualifié ce char allégorique de raciste.

CBC/Radio-Canada a appelé Bio Equine, une entreprise de suppléments pour les animaux de compagnie et les chevaux établie à Sundre, gérée par B. Lynne Hoff. Cette B. Lynne Hoff, discutait de la préparation du char quelques jours avant l’événement sur un groupe Facebook.

Une femme, qui a refusé de s’identifier, a répondu au téléphone. Elle a simplement dit qu’elle a fourni une pièce d’équipement pour assembler le char.

Cette personne n’a pas répondu aux nombreuses questions de CBC/Radio-Canada, mais a fourni une déclaration.

Ce char au défilé de Sundre n’a absolument rien à voir avec le racisme, mais avait pour but de faire rire après deux années de confinement imposé par le gouvernement libéral avec l’aide du NPD.

C’était une satire politique comme vous pouvez le voir dans les journaux [ou autres] publications,a-t-elle ajouté. Si M. Singh n’était pas un chef du NPD, alors il n’aurait pas été représenté comme le chef du NPD. Si c’était quelqu’un d’autre, il aurait été habillé d’une autre façon.

Néanmoins, cette scène est décevante, selon le président du Dashmesh Culture Centre, Amanpreet Singh Gill. Les sous-entendus racistes contre la communauté sikhe et Jagmeet [Singh] sont inacceptables.

Les jeunes font face à ce problème tous les jours [...] toute la municipalité et les gens sont invités à regarder à se moquer de la communauté. Ça fait mal, cela doit s’arrêter, a-t-il affirmé.

Le président du Dashmesh Culture Centre, Amanpreet Singh Gill.

Les jeunes de la communauté sikhe sont confrontés au racisme au quotidien en raison de leur religion, selon le président du Dashmesh Culture Centre, Amanpreet Singh Gill.

Photo : Radio-Canada / Dan McGarvey

Les images du char allégorique, devenues virales, donnent une image négative de Sundre d’après son maire Richard Warnock.

La municipalité de Sundre [...] n’approuve pas le racisme dans notre communauté. Nous sommes extrêmement déçus d’apprendre qu’un char non autorisé, et sa tentative [de passer] un message politique a accédé à un événement de notre communauté.

Le Sundre Pro Rodeo, l’événement qui a organisé le défilé se dissocie de cette participation au défilé dans un message publié vendredi sur sa page Facebook.

[Le char] n’a pas été approuvé, peut-on y lire. L’organisation a aussi déterminé après une enquête approfondie que le char ne s’était pas enregistré pour défiler.

Avec les informations de Dominika Lirette, Helen Pike, Joel Dryden et la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !