•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 s’invite dans l'été des résidents de l'Est-du-Québec

Des gens marchent à bonne distance les uns des autres près du fleuve.

La promenade de la Mer à Rimouski (archives)

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

La presque totalité des mesures sanitaires est levée au Québec, ce qui donne l'impression que le virus de la COVID-19 est presque disparu. Mais il continue d'infecter des gens et le nombre d'hospitalisations est l'un des indices qui permettent de voir la tendance.

Le nombre de nouveaux cas n'est plus répertorié au sein de toute la population, qui a pris l'habitude de faire elle-même des tests rapides directement à la maison.

Toutefois, le nombre d'hospitalisations dans l'Est-du-Québec peut aider à saisir la tendance de la propagation du virus dans les trois régions.

Des lits d'hôpitaux alignés dans un corridor.

Le nombre d'hospitalisations a diminué dans l'Est-du-Québec comparativement à ce printemps (archives).

Photo : getty images/istockphoto / beerkoff

Actuellement, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent recense 16 hospitalisations. Le CISSS de la Gaspésie en compte 7 sur le territoire de la Gaspésie—Les-Îles-de-la-Madeleine et 33 personnes sont hospitalisées sur la Côte-Nord. Par courriel, le CISSS de la Côte-Nord précise que de ce nombre, 15 personnes sont guéries de la maladie, mais elles demeurent hospitalisées.

Cela dit, parmi ces hospitalisations, aucun patient qui souffre de la COVID-19 ne se trouve aux soins intensifs en ce moment. Et, somme toute, le nombre d'hospitalisations a diminué dans l'Est-du-Québec comparativement à ce printemps.

Au plus fort de la vague, on comptabilisait 75 personnes étaient hospitalisées à la mi-avril au Bas-Saint-Laurent. À la même période, une trentaine de personnes étaient hospitalisées en raison de la COVID-19 en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. Sur la Côte-Nord, près d'une soixantaine de personnes étaient alitées au mois d'avril.

En général, l'été n'est pas propice à la propagation des virus respiratoires, comme le SRAS-CoV-2 qui cause la COVID-19, selon le professeur et chercheur en immunologie et virologie à Institut national de la recherche scientifique (INRS), Alain Lamarre. Le nombre d'hospitalisations devrait donc rester stable dans l'Est-du-Québec.

Photo de Alain Lamarre dans un laboratoire entouré de bouteilles.

Le professeur et chercheur en immunologie et virologie à Institut national de la recherche scientifique (INRS), Alain Lamarre (archives)

Photo : Gracieuseté : INRS

Recrudescence à l'automne?

On devrait toutefois observer une remontée des cas de COVID-19 lors de la rentrée scolaire, prévoit Alain Lamarre.

« À l'automne, on devrait voir une remontée des cas surtout à cause de ces variants qui sont beaucoup plus contagieux que les variants précédents. »

— Une citation de  Alain Lamarre, professeur et chercheur en immunologie et virologie à Institut national de la recherche scientifique

L'immunité des personnes ayant déjà contracté le virus

Pour les personnes qui ont déjà contracté la COVID-19, l'immunité ne dure pas plus de deux à trois mois, soutient le directeur régional de santé publique pour la Gaspésie, le Dr Yv Bonnier Viger.

« L'immunité est certaine si on rencontre le même variant. Mais si quelqu'un [rencontre un nouveau variant], il a de bonnes chances d'être infecté [de nouveau].  »

— Une citation de  Dr Yv Bonnier-Viger, directeur régional de santé publique
Le directeur régional de santé publique, le Dr Yv Bonnier-Viger

Le directeur régional de santé publique, le Dr Yv Bonnier Viger (archives)

Photo : Capture d'écran

Ceci dit, le fait d'avoir été vacciné ou d'avoir été infecté récemment, ça protège contre une complication, ajoute-t-il.

Campagne de vaccination d'ici l'automne

La Santé publique lancera une nouvelle campagne de vaccination vers le 15 août.

La dose de rappel sera un peu différente des précédentes pour permettre à la population d'être mieux protégée face aux sous-variants du variant Omicron, entre autres.

Avec les informations de Perrine Bullant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !