•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pier-André Côté dédie son premier titre canadien à sa mère

Il lève les bras au ciel sur son vélo.

Pier-André Côté célèbre sa victoire après avoir franchi la ligne d'arrivée, dimanche après-midi, à Edmonton.

Photo : Curtis Comeau Photography

Pier-André Côté a vécu « la minute la plus longue de sa carrière », dimanche après-midi, à Edmonton, dans la dernière ligne droite du championnat canadien de cyclisme sur route. Ce n’est qu’après avoir passé la ligne d’arrivée que ses larmes ont coulé. Ce premier titre canadien, l’athlète de Saint-Henri-de-Lévis le dédie à sa mère atteinte d’un cancer.

Je suis encore un peu sur un nuage. C’est tellement unique, dans la carrière d’un cycliste, un titre de champion canadien. J’en rêve depuis que j’ai commencé à courir, relatait Côté, lundi, à quelques heures de remonter sur son vélo pour le critérium du championnat canadien.

Très ému, en franchissant la ligne d'arrivée, le cycliste de 25 ans l’était encore au lendemain de sa victoire en parlant de la motivation supplémentaire qu’il avait de monter sur son vélo.

Ma mère combat un cancer depuis un petit moment. Il y a environ un mois, on a eu de mauvaises nouvelles et j’ai dû rentrer à la maison un peu pressé. Je savais que les Nationaux arrivaient. Dès lors, c’était clair que je ciblais cette course-là pour elle. Hier, j’étais hyper émotif d’aller chercher la victoire pour elle.

Un sprint épique

Une victoire pour laquelle le porte-couleurs de l’équipe Human Powered Health a trimé dur. Après une première moitié de course sans artifices, Côté a réussi à se détacher du peloton avec le champion en titre Guillaume Boivin et l’Ontarien Ben Perry.

« On n’a jamais eu plus d’une minute d'écart sur le peloton derrière, donc il a fallu rouler à bloc littéralement toute la course. Dans le dernier droit, je savais que j’étais en contrôle, mais tout peut se passer dans un sprint. C’était assez épique. »

— Une citation de  Pier-André Côté

À 500 mètres de l’arrivée, Perry a profité d’une dernière côte pour tenter, sans succès, de semer les deux Québécois. Puis, une fois sur le plat, Boivin a lancé le sprint à la droite de Pier-André Côté.

J’ai été dans sa roue une fraction de seconde pour encaisser l’accélération et après j’ai lancé à sa gauche. Dans un sprint, dès les premiers coups de pédale, tu sens si tu as la puissance pour le faire ou pas. Quand j’ai commencé à le remonter, j’ai vraiment réalisé que j’allais être champion canadien.

Le maillot du champion

Cet exploit, le natif de Gaspé pourra l’afficher toute l’année. Comme le veut la coutume en tant que champion canadien, il portera un brassard unifolié sur son maillot durant toute la saison.

N’importe quelle autre course, lorsque tu gagnes une course, le lendemain c’est terminé. Ça, c’est tellement plus concret. Tu portes le maillot. Tu représentes ton pays toute l’année dans les grosses courses en Europe.

Coles-Lyster passe la ligne d'arrivée au premier rang.

La Britanno-Colombienne Maggie Coles-Lyster l'a emporté chez les femmes. Troisième, Simone Boilard, de Québec, a mis la main sur le titre U23.

Photo : Curtis Comeau Photography

Pier-André Côté, qui retournera sur le Vieux Continent dans un mois, ne connaît pas encore son calendrier de compétition pour le reste de la saison. Ce qui est certain, c’est que je vais avoir une tonne de courses jusqu'à la mi-octobre pour montrer ce maillot-là, lance-t-il fièrement.

Il n’est d’ailleurs pas le seul cycliste de la grande région de Québec à s’être illustré à Edmonton en fin de semaine. Simone Boilard, 21 ans, de Québec, a pris le 3e rang de la course féminine, gagnant du même coup le titre canadien U23.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !