•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le N.-B. n’en fait pas assez pour recruter des médecins, selon l’un d’entre eux

Un anesthésiste surveille l'état de santé d'un patient sur un écran en salle d'opération à l'hôpital.

La semaine dernière, le ministère de la Santé confirmait que 63 000 personnes sont inscrites sur la liste d’Accès patients NB, comparativement à 55 000 au mois de février.

Photo : Getty Images / HRAUN

Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, un médecin affirme que la province n’en fait tout simplement pas assez pour recruter des professionnels de la santé, malgré le nombre de patients sans médecin de famille qui ne cesse d’augmenter.

Dr Andrew MacLean, médecin résident à Fredericton, dit que rien ne lui indique que la province a intensifié ses efforts de recrutement par rapport aux dernières années.

Sommes-nous en train d’appeler les nouveaux médecins de famille pour leur demander s’ils veulent travailler ici?, lance-t-il.

Photo du Dr Andrew MacLean

Dr Andrew MacLean dit que la province n'en fait pas assez pour recruter de nouveaux médecins, malgré la pénurie.

Photo : Gracieuseté - Dr Andrew MacLean

Dr Andrew MacLean affirme que les médecins nouvellement diplômés ne sont pas contactés par la province, au moment opportun. Certains médecins ont même pris la peine de communiquer avec la province pour évaluer les possibilités d’emploi, sans recevoir de nouvelles.

De plus en plus de patients orphelins

La semaine dernière, le ministère de la Santé confirmait que 63 000 personnes sont inscrites sur la liste d’Accès patients NB, comparativement à 55 000 au mois de février.

Un groupe de travail chargé d’élaborer un nouveau plan de santé attribue cette augmentation au départ à la retraite de certains médecins et à la croissance démographique de la province.

Selon une porte-parole du ministère de la Santé, Michelle Guenard, 181 postes de médecins étaient à pourvoir dans la province, au mois de mai. De ce nombre, 82 d’entre eux étaient destinés à des omnipraticiens et des médecins en salles d’urgence.

S’inspirer de la N.-É.?

Dr MacLean souligne que la stratégie de recrutement de la Nouvelle-Écosse est plus agressive, en cherchant des employés locaux et à l’échelle nationale et internationale. Selon lui, cette stratégie porte ses fruits, même si elle est l’une des provinces où les salaires sont les plus bas.

Leurs recruteurs sont plus tenaces qu’un moustique tentant de passer à travers une porte-moustiquaire, comme s’ils étaient partout!, lance Dr MacLean.

La Nouvelle-Écosse a créé un bureau de recrutement en soins de santé l’an dernier, destiné uniquement à l’embauche de nouveaux médecins. 

La semaine dernière, la province affirmait que 160 médecins ont été recrutés depuis la création de cette agence. Ce chiffre est supérieur à celui des trois dernières années, où le nombre de nouvelles embauches était d’environ 128.

Ils ont une équipe composée de 12 personnes qui travaillent à temps plein sur ce projet et ils en cherchent d’autres. Et ce sont des gens qui ont une expertise dans le domaine du tourisme, du marketing et des affaires, dit Dr MacLean.

Selon lui, une partie du problème est que l’on ne sait pas exactement qui est responsable du recrutement au Nouveau-Brunswick.

Que fait le Nouveau-Brunswick?

La province a mis en place des mesures incitatives pour accueillir des médecins en régions rurales, des spécialistes et des médecins en salles d’urgence, soutient une porte-parole du ministère de la Santé, Michelle Guenard.

Elle affirme que le budget de ces mesures incitatives s’élève à 5 millions de dollars et que les montants offerts aux travailleurs de la santé varient entre 20 000 $ et 100 000 $.

Il n’est pas clair si le Nouveau-Brunswick dispose de son propre comité de recrutement. 

Le ministère de la Santé affirme qu’un événement de recrutement se déroulera cette semaine, auquel participeront des gens du milieu de la santé qui élaboreront un plan.

Le Réseau de santé Horizon précise qu’il existe toutefois des recruteurs de médecins au sein du réseau. 

Dr Andrew MacLean est d’avis que peu importe qui s’occupe du recrutement, il faut que cette procédure soit efficace. « Je pense que la plupart des Néo-Brunswickois diraient qu’ils ne se soucient pas de savoir qui prend l’initiative, mais qu’il faut que quelqu’un le fasse.

D’après un reportage de Hadeel Ibrahim de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !