•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d’hôtels luxueux pour le pape à Québec, mais une chambre à l’archevêché

Le pape François entre en fauteuil roulant dans la salle Paul VI au Vatican.

La santé du pape François va préoccuper les organisateurs lors de sa visite à Québec, selon le spécialiste Alain Pronkin.

Photo : AP / Gregorio Borgia

Jérémie Camirand

Loin des hôtels luxueux, le pape aura plutôt droit à une chambre tout à fait normale, à la résidence de l'archevêque de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix.

Quand il se déplace dans un pays, il demeure dans l'une des résidences de l'église locale. Alors il va être à la résidence de l'archevêque de Québec, explique Valérie Roberge-Dion.

Des rampes devront d’ailleurs être posées un peu partout où le pape se rendra, afin de faciliter ses déplacements, précise Mme Roberge-Dion.

À un mois, jour pour jour, de la visite du pape François à Québec, les préparatifs sont bien avancés, mais les défis logistiques demeurent tout de même importants.

Une femme pose dans une rue désaffectée.

Valérie Roberge-Dion, directrice des communications pour l'Église catholique de Québec, déclare que la visite du pape à Québec constitue un défi « vertigineux ».

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Le 27 juillet, le souverain pontife fera son arrivée à l’aéroport international Jean-Lesage et animera une messe à la basilique Saint-Anne-de-Beaupré le jour suivant. Sa visite apporte son lot de défis logistiques.

Le défi est vertigineux, résume Valérie Roberge-Dion, directrice des communications pour l'Église catholique de Québec.

Pendant son séjour en sol québécois, l’Argentin de 85 ans sera accompagné d’une quarantaine de personnes, sans oublier l’équipe de 85 journalistes accrédités par le Vatican qui va le suivre.

Des enjeux de sécurité et de santé

Selon le spécialiste des nouvelles religieuses, Alain Pronkin, la sécurité du pape François sera l’enjeu principal des forces de l’ordre.

On se souvient qu'il y a et qu'il y a eu beaucoup de tentatives d'attentats contre le pape qui ont été déjoués, indique-t-il.

Vue extérieure de la façade principale de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré, en été sous un ciel bleu et nuageux.

Le pape François participera à une messe le 28 juillet à Québec.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Beaumont-Drouin

Selon M. Pronkin, la santé du pape François va également retenir l’attention des organisateurs. Depuis quelques semaines, le Saint-Père se promène en fauteuil roulant en raison d’une blessure à un genou.

Il faut aussi qu'il y ait des hôpitaux disponibles si jamais le pape ou quelqu'un dans sa garde rapprochée souffre d'une maladie, mentionne Alain Pronkin.

Québec a l’habitude, dit un expert

Malgré la tâche qui semble imposante, l’expert en sécurité Daniel Dancause croit que la ville de Québec est prête à accueillir un événement de ce genre à la fin du mois de juillet.

Québec, c'est une ville qui est habituée à recevoir des dignitaires. Le gouvernement, le siège du gouvernement du Québec est là, il y a la citadelle, on a beaucoup d'expérience dans ce domaine-là, pense M. Dancause.

Daniel Dancause, conseiller spécialisé en mesures d'urgence et gestion de crise en entrevue sur un plateau de télévision.

Daniel Dancause pense que Québec a l'expérience nécessaire pour accueillir la venue du pape.

Photo : Radio-Canada

Celui qui a notamment travaillé à la sécurité de la rencontre du G7 qui s’est tenue en 2018 à La Malbaie indique que la population pourra progressivement constater toute l’étendue des mesures de sécurité prises par les autorités.

Plus on va s'approcher de la date [de la visite du pape], plus on va voir apparaître des dispositifs de sécurité, a-t-il expliqué en entrevue avec Radio-Canada.

Pour l’instant, 1000 membres des médias sont attendus lors de la visite, selon l’Église catholique de Québec.

Si le nombre de visiteurs prévus n’est pas connu, Alain Pronkin estime que 20 000 personnes pourraient être à Québec pour y voir le pape François, comme ce fut le cas lors de son passage en Hongrie, l'année dernière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !