•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux éléments d’enquête contre un enseignant accusé d’infractions sexuelles

Une autopatrouille de la Gendarmerie royale du Canada

Le Service régional de Codiac de la GRC enquête présentement sur ces incidents de nature sexuelles.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

De nouveaux éléments fournis par de présumées victimes et des témoins relancent une enquête du Service régional de Codiac de la GRC concernant des infractions de nature sexuelle apparemment commises par un enseignant à Moncton de 1968 à 2003.

Selon le sergent Mathieu Roy, de la section des enquêtes générales du Service régional de Codiac de la GRC, plusieurs personnes ont communiqué avec la force policière dans les dernières semaines pour transmettre de l'information au sujet d'incidents allégués qui se seraient produits sur une période de 35 ans.

« D'après les informations qu'on nous a fournies, nous croyons qu'il pourrait y avoir d'autres victimes ou des témoins qui pourraient nous aider dans cette enquête. Nous continuons d'interviewer des personnes et d'amasser de l'information. »

— Une citation de  sergent Mathieu Roy, de la section des enquêtes générales du Service régional de Codiac

L'enquête a débuté en août 2021, lorsque le Service régional de Codiac a reçu une plainte au sujet d'agressions sexuelles qui auraient été commises par un enseignant à l'école primaire Champlain, à Moncton, en 1987 et en 1988. En janvier 2022, un homme alors âgé de 75 ans a été arrêté en lien avec cette plainte.

Le 4 avril, en Cour provinciale à Moncton, Paul J. Maillet, de Notre-Dame, a été accusé d'incitation à des contacts sexuels, d'agression sexuelle et de grossière indécence.

L’accusé a été libéré sous certaines conditions jusqu'à sa prochaine comparution en cour, à une date ultérieure. Tous les renseignements qui pourraient permettre d'identifier la présumée victime sont visés par une ordonnance de non‑publication.

Le sergent Mathieu Roy demande au public de leur transmettre toute information susceptible de faire avancer cette enquête (506-857-2400).

Nous tenons à ce que les victimes et les témoins sachent qu’ils peuvent faire appel à nous et qu’ils seront traités avec compassion et bienveillance. Nos enquêteurs ont reçu une formation spéciale et ont de l'expérience avec ce type d'enquête. Chaque cas sera traité avec discrétion. Vous n'êtes pas seuls. Nous sommes là pour vous appuyer, a-t-il stipulé.

Une plainte pour agression sexuelle peut être déposée à n'importe quel moment, peu importe quand l'incident s'est produit, a rappelé le sergent.

L'enquête se poursuit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !