•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La route est encore longue pour le NPD en Saskatchewan, selon un expert

Carla Beck est photographiée alors qu'elle est à un lutrin et s'adresse aux membres du parti, lors du congrès à la direction du NPD à Regina, le 26 juin 2022.

Selon les données du parti, 7294 membres du NPD pouvaient voter lors de la course à la chefferie, mais 4741 l’ont fait.

Photo : Radio-Canada / Olivier Jodouin

Radio-Canada

Alors que le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan (NPD) a élu Carla Beck comme nouvelle cheffe hier, le parti est loin de s’être renouvelé, selon le politologue au campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta Frédéric Boily.

On s'attendait à la victoire de Carla Beck, mais est-ce que le parti a véritablement eu le temps de brasser les cartes pour qu’on propose aux électeurs de la Saskatchewan une nouvelle mouture et image des néo-démocrates, s’interroge-t-il.

Selon l'expert, la participation réduite lors de ces élections démontre que le NPD continue sur la même lancée de division.

Il y avait 7294 membres qui pouvaient voter, et 4741 l’ont fait, selon les données du parti.

Une cheffe plus au centre

Frédéric Boily croit que Carla Beck souhaite créer un parti plus centriste.

Mme Beck semble vouloir effectivement trancher avec ce qui a été fait dans le passé. Elle propose une version du NPD qui est un peu plus axé sur les enjeux concernant les emplois et l’industrie pétrolière.

Toutefois, cette approche est difficile, si le parti ne reprend pas pied dans les régions rurales, selon le politologue.

« S'ils n’y arrivent pas, le pouvoir risque d’appartenir au Parti saskatchewanais pour encore un bon moment. »

— Une citation de  Frédéric Boily, politologue au campus Saint-Jean de l'Université Alberta.

Du pain sur la planche

Frédéric Boily croit également que le NPD va avoir des défis à relever face à Scott Moe et à son gouvernement.

Scott Moe n’est pas vraiment dans une position difficile. Il est populaire comme premier ministre de la province, affirme-t-il

Avec la COVID-19 qui commence à être dans le rétroviseur des gouvernements, Scott Moe n’est pas en difficulté comme d’autres premiers ministres à droite.

Frédéric Boily souligne donc que Carla Beck ne pourra pas profiter d’une fragilité de M. Moe afin de se faire valoir au sein de l'Assemblée législative.

Ça va prendre beaucoup de patience pour les néo-démocrates pour réunir les troupes et faire taire les divisions qui se sont exprimées lors de cette course , ajoute-t-il.

Le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan doit travailler et penser à long terme s’il souhaite remporter des élections, croit-il.

Frédéric Boily explique que les difficultés du NPD ne sont pas passagères et que le parti va devoir restructurer ses idéologies s’il souhaite être vainqueur.

Selon lui, les néo-démocrates ne peuvent éventuellement espérer former un gouvernement que lors des élections de 2028.

Avec les informations de Nicole Duny

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !