•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pèlerinage annuel au lac Sainte-Anne revient sur fond de visite du pape François

Une messe lors du pèlerinage du lac Sainte-Anne.

Le lac Sainte-Anne est considéré comme sacré depuis de nombreuses générations et est devenu un lieu de guérison pour les peuples autochtones.

Photo : La Presse canadienne / Ho-Lincoln Ho

Radio-Canada

Le pèlerinage annuel du lac Sainte-Anne revient dans un contexte particulier cette année. L'événement occupe une place importante dans le calendrier de beaucoup de fidèles autochtones, et ce lac, situé sacré à l'ouest d'Edmonton, sera la première étape de la visite du pape François au Canada, à partir du 24 juillet.

Après deux années d’arrêt en raison de la crise sanitaire de COVID-19, les pèlerins pourront se rendre en personne au rendez-vous spirituel du 25 au 28 juillet. Environ 40 000 personnes ont participé au dernier pèlerinage en 2019.

Le pape François doit d’abord célébrer une messe en plein air au stade Commonwealth à Edmonton. Il se rendra ensuite dans la paroisse de Lac Sainte-Anne en début de soirée.

Garry LaBoucane, prêtre métis de la paroisse du Sacré-Cœur, à Vancouver, estime que la visite du pape est un pas de plus vers la réconciliation.

Beaucoup de gens sont très enthousiastes [au sujet de la visite de pape], et cela pourrait aussi apporter encore plus de guérison et de réconciliation, affirme le révérend Garry LaBoucane.

« Les gens ont hâte d'être avec lui, de prier avec lui au lac Sainte-Anne. »

— Une citation de  Garry LaBoucane

Une tradition ancestrale

Garry LaBoucane, 74 ans, se souvient qu'il se rendait à Wakamne [ou lac de Dieu] lors du pèlerinage du lac Sainte-Anne lorsqu'il était enfant.

C'était toujours une tradition familiale , raconte-t-il. C'est un pèlerinage, un moment pour prier, un moment pour être avec d'autres nations. C'est le plus grand rassemblement spirituel autochtone en Amérique du Nord.

C'est aussi un moment de rencontres, où l'on rendait visite à la famille, explique-t-il.

Un lieu de guérison

Le curé Les Kwiatkowski.

Les Kwiatkowski, curé de la paroisse de Lac Sainte-Anne, affirme que la moitié des personnes qui participent au pèlerinage viennent de communautés isolées et que c'est la seule occasion pour elles de voir leurs amis et leurs parents.

Photo : Radio-Canada

Le lac Sainte-Anne est considéré comme sacré depuis de nombreuses générations et est devenu un lieu de guérison.

L'histoire orale de la Nation Sioux Alexis Nakota affirme qu'un chef du sud-est a suivi sa vision et a conduit son peuple sur les rives du lac Sainte-Anne.

Les Kwiatkowski est le curé de la paroisse de Lac Sainte-Anne. Il a entendu des histoires sur les traditions familiales et sur les miracles.

Chaque jour, en faisant le pèlerinage, quelqu'un vient vous voir et vous dit : "Cela m'a aidé à pardonner, cela m'a aidé à guérir du passé, cela m'a aidé à mieux comprendre les choses."

« Ils viennent pour adorer, ils viennent pour prier, ils viennent pour la guérison. Ils viennent aussi pour passer du temps ensemble. »

— Une citation de  Les Kwiatkowski, curé de la paroisse de Lac Sainte-Anne

L'endroit revêt une importance considérable pour les peuples autochtones, explique-t-il. Les gens remplissent des seaux de cette eau [du lac], ils la rapportent chez eux. Ils l’utilisent pour différentes raisons, pour la force et pour la guérison.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !