•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rue réservée aux piétons et aux autobus à Halifax divise des commerçants

Des piétons sur une rue passante.

La ville souhaite que le chemin Spring Garden devienne plus agréable pour les piétons.

Photo : Radio-Canada / Robert Guertin

Radio-Canada

Un tronçon du chemin Spring Garden, dans le centre-ville d’Halifax, sera fermé aux automobilistes tous les jours entre 7 h et 20 h, à compter du lundi 4 juillet. Cette décision de la ville divise les commerçants de cette zone.

Le projet pilote d’une durée d’un an a pour but d’améliorer l’expérience des piétons et des cyclistes, tout en améliorant la ponctualité des autobus, selon le conseiller municipal Waye Mason.

Le tronçon allant de la rue South Park jusqu’à la rue Queen sera réservé aux autobus, aux cyclistes et aux piétons. En plus des voitures, les taxis et les Ubers ne seront pas autorisés.

Personnellement, je pense que ça va être génial, affirme Waye Mason. L’objectif principal, c’est que les autobus puissent circuler en respectant leurs horaires. On souhaite aussi offrir une meilleure expérience piétonnière sur le chemin Spring Garden.

La ville souhaite voir cette zone devenir plus animée, avec plus de gens s’y promenant ou y arrêtant pour manger.

Les trottoirs ont été élargis, et depuis, on dirait que les gens marchent plus près du trafic, souligne la planificatrice principale de la municipalité régionale d’Halifax, Elora Wilkinson. Alors, si ce sont seulement des autobus qui passent, ce sera plus silencieux et ça va rendre l’expérience des piétons plus agréable.

Le parcours réservé aux autobus sera indiqué à l’aide de nouveaux panneaux.

La Municipalité régionale d’Halifax doit réévaluer la pertinence des voies réservées à la fin de la période d’essai.

La hantise de perdre des clients

L’association des commerçants du chemin Spring Garden dit que l’initiative reçoit un accueil partagé parmi ses membres, à la suite d’un sondage.

Les opposants craignent que leurs commerces deviennent moins accessibles pendant la durée du projet pilote.

Le propriétaire de la boutique Jennifer’s of Nova Scotia, Kurt Bulger, est mécontent de ce changement.

C’était déjà difficile de circuler au centre-ville et ça va juste rendre cela encore pire, dit-il.

Le propriétaire de la boutique « Jennifer’s of Nova Scotia », Kurt Bulger, dans la rue.

Le propriétaire de la boutique « Jennifer’s of Nova Scotia », Kurt Bulger, est mécontent de ce changement.

Photo : Radio-Canada / Robert Guertin

Selon Kurt Bulger, de moins en moins de gens viendront au centre-ville s’ils ne peuvent le faire qu’en autobus, d'autant plus que de nombreux projets de construction environnants bloquent plusieurs routes.

Il soutient que de nombreux commerçants tentent de se relever après deux années difficiles causées par la pandémie et que ceux-ci seront mécontents si leurs ventes continuent de baisser.

D’autres grandes villes canadiennes, dont Vancouver et Toronto, ont en ce moment des rues avec une réglementation similaire.

D’après le reportage d’Adam Inniss de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !