•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mario Simard interpelle de nouveau Ottawa pour aider l’entreprise saguenéenne STAS

Mario Simard, lors d'une intervention en Chambre.

Mario Simard, député de Jonquière et porte-parole du Bloc québécois en matière de Ressources naturelles

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le député bloquiste de Jonquière, Mario Simard, revient à la charge et presse Ottawa de soutenir financièrement l'entreprise saguenéenne STAS, qui subit les effets des sanctions économiques contre la Russie imposées par le Canada.

STAS, qui fournit des équipements et des solutions de haute technologie aux principaux acteurs de l’aluminium, a perdu d'importants contrats avec le géant de l'aluminium russe Russal et n'a pas été payé pour des travaux déjà effectués en raison des sanctions imposées aux banques russes.

Le député avait déjà réclamé en mars des mesures compensatoires pour aider les entreprises comme STAS qui sont affectées par les sanctions économiques imposées à la Russie.

Le député Simard demande maintenant à Ottawa de créer un fonds sectoriel dédié à l'aluminium de 120 millions de dollars pour indemniser des entreprises comme STAS grâce aux contre-tarifs perçus par Ottawa sur les produits américains de l’aluminium depuis 2020.

Je veux que le gouvernement fédéral arrête son mode consultations et réflexion, et qu’il passe à l’action. Ça fait deux ou trois mois qu’on est en discussion. Il semble y avoir de l’ouverture, mais il ne se produit jamais rien. Là maintenant, ce que je demande au gouvernement fédéral, si on ne veut pas perdre ou affaiblir le fleuron qu’est STAS, je demande une action rapide. Ce qu'on leur a proposé avec le fonds sur l'aluminium, c'est une solution, a commenté en entrevue le député de Jonquière.

Présent dans une quarantaine de pays, l’équipementier s’attend à perdre environ 10 millions de dollars en revenus cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !