•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Citébus abolit neuf arrêts dans l’ouest de Rimouski

Un arrêt d'autobus avec la mention : arrêt supprimé.

Un des neuf arrêts abolis depuis le 27 juin.

Photo : Radio-Canada

Des utilisateurs du transport en commun des quartiers de Nazareth et Sacré-Cœur devront marcher un peu plus pour se rendre à un arrêt d'autobus. Pour limiter les retards causés par la diminution de la limite vitesse sur le boulevard et les travaux sur le pont de la rivière Rimouski, Citébus a décidé de retirer 9 des 20 arrêts à destination du centre-ville.

Marie-Hélène Voyer n'a pas de permis de conduire, elle est une utilisatrice régulière du transport en commun.

Désormais, elle devra marcher un kilomètre sur les trois qui la sépare de son lieu de travail avant de pouvoir montrer dans l'autobus.

Ça me semble aberrant de sabrer dans ce service alors qu'on a des enjeux de densification dans le secteur et qu'on devrait encourager les transports collectifs pour des raisons écologiques évidentes.

Un circuit d'autobus est tracé sur une carte de Rimouski où des points ont été ajoutés pour indiquer à quel endroit les arrêts ont été supprimés.

Les points en rouge constituent les arrêts supprimés. Les modifications sont effectives depuis le 27 juin.

Photo : Source : site web de Citébus

La directrice de la Société des transports de Rimouski, Maude Bernier, rétorque avoir pris la moins pire des décisions. Le parcours 31 accumulait quatre minutes de retard chaque demi-heure en raison des travaux sur le pont de la rivière Rimouski, mais aussi depuis l'entrée en vigueur d'une nouvelle limite de vitesse, de 70 km/h à 50 km/h sur le boulevard et dans certaines rues résidentielles.

Quand on arrivait après la première heure le matin on avait huit minutes de retard, après ça on passe à 12, 16, etc., donc l'usager qui veut reprendre la 11 ou la 21 devait attendre entre 30 et 45 minutes.

Ces modifications sont permanentes, peut-on lire sur le site web de l'organisme.

N'empêche, Maude Bernier souhaite que ces arrêts soient rétablis lorsque ce sera possible de le faire, c'est-à-dire au moment où le nouveau terminus sera aménagé, vraisemblablement au Cégep, et lorsque les travaux de réfection du pont seront terminés. Il est question quand même de trois ou quatre ans.

Marie-Hélène Voyer considère aussi que l'emplacement de son nouvel arrêt, le seul conservé sur la rue de Lausanne est situé à un endroit dangereux.

Une femme devant un arrêt d'autobus abolit.

Marie-Hélène Voyer devra marcher un kilomètre au lieu de prendre l'autobus à quelques minutes de chez elle, dans le quartier Nazareth, à Rimouski.

Photo : Radio-Canada

On n'y trouve ni trottoir ni aire d'attente et contrairement à d'autres rues résidentielles, la vitesse n'a pas été abaissée à 50 km/h.

De plus, en hiver de nombreux camions de déneigement empruntent cette artère pour se rendre au dépôt de neige de la Ville.

« Je ne me sens pas en sécurité pour prendre l'autobus avec mes enfants à qui je tente d'enseigner de saines habitudes de transport actif. »

— Une citation de  Marie-Hélène Voyer, citoyenne du district Nazareth

Citébus doit aussi présenter une refonte de ses circuits d'ici la fin de l'année 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !