•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le SPVM arrête le présumé meurtrier de Meriem Boundaoui

Les proches de Meriem Boundaoui se soutiennent mutuellement dans un corridor du palais de justice de Montréal.

La famille de Meriem Boundaoui s’est présentée au palais de justice de Montréal pour assister à la comparution du premier suspect arrêté dans cette affaire.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Plus d'un an après le meurtre par arme à feu de Meriem Boundaoui, 15 ans, dans l’arrondissement de Saint-Léonard, le présumé meurtrier a été arrêté par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Il s'agit de Salim Touaibi, arrêté lundi en milieu d’avant-midi. Il a comparu en après-midi pour répondre à une accusation de meurtre au premier degré et à quatre autres de tentative de meurtre. Il reviendra en cour le 22 juillet prochain.

L'accusé de 26 ans a été arrêté dans un centre de détention provincial où il était gardé en lien avec une autre affaire criminelle.

Salim Touaibi était en effet déjà connu des milieux policiers pour des infractions commises en 2017, 2019 et 2022 relativement à la possession illégale d'une arme à feu et de stupéfiants. Il était en attente d'une sentence dans l'un de ces dossiers lorsqu'il a été arrêté.

Selon le commandant du SPVM responsable de l'enquête, Salvatore Serrao, Salim Touaibi a participé activement au meurtre de Meriem Boundaoui.

L'officier n'a toutefois pas précisé si c'est lui qui aurait fait feu sur l'adolescente, dans la mesure où le suspect n'a pas agi seul le soir du meurtre.

Ce que je peux vous confirmer, c'est qu'on sait que le suspect arrêté n'était pas seul et qu'il a participé directement. C'est pourquoi il a été accusé de meurtre au premier degré, a indiqué en conférence de presse le commandant du SPVM Salvatore Serrao – en insistant sur le mot directement.

Afin de ne pas nuire à la suite de l'enquête qui est toujours en cours, le commandant Serrao s'est fait avare de commentaires sur les détails qui ont mené à l'arrestation du suspect. Il ne pouvait pas dire si le véhicule qu'ont utilisé les assaillants avait été retrouvé.

Une photo de Meriem sur un panneau avec un bouquet de fleurs.

Meriem Boundaoui, une adolescente de 15 ans, a été tuée lors d’une fusillade à Saint-Léonard le 7 février 2021, à l'angle des rues Jean-Talon et Valdombre.

Photo : Radio-Canada

Pour les enquêteurs aux crimes majeurs, cette arrestation est l’aboutissement de plus d’un an de travail acharné.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a réagi à cette arrestation par l'intermédiaire de Twitter : Bravo au SPVM, qui a appréhendé un suspect en lien avec le meurtre de Meriem Boundaoui. Soyez assurés que nous travaillons d’arrache-pied pour assurer la sécurité à Montréal et prévenir des crimes de ce genre. Et nos efforts portent fruit.

Meriem Boundaoui n'avait rien à voir avec l'altercation

Meriem Boundaoui, une adolescente sans histoire, a été tuée le soir du 7 février 2021 à l’angle des rues Valdombre et Jean-Talon. Elle s’était retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment, entre le tireur et sa cible. Sa mort avait soulevé l’indignation et avait fait réagir plusieurs élus.

La jeune femme prenait place dans une voiture stationnée en bordure de la rue en compagnie d'autres jeunes lorsqu'elle avait été mortellement atteinte par des projectiles tirés depuis une voiture qui s'était approchée du groupe. Un homme qui se trouvait sur le trottoir avait aussi été blessé.

Selon des témoins de la scène, la dispute à l'origine des coups de feu aurait éclaté entre les passagers du véhicule suspect et les gens sur le trottoir.

Même si les détails entourant cette dispute n'ont pas été divulgués par les policiers, le commandant Serrao a été clair : Meriem Boundaoui n'avait rien à voir avec cette altercation.

« On sait que c'était un conflit entre deux groupes d'individus. Ce que je peux vous confirmer, c'est que la jeune Meriem n'avait rien à voir avec le conflit et n'était pas reliée aux deux groupes. »

— Une citation de  Salvatore Serrao, commandant au SPVM

Selon ce qu'avait rapporté le SPVM au lendemain de la fusillade, deux hommes se trouvaient à bord du véhicule suspect, mais ils portaient des masques, rendant difficile pour les policiers d'en obtenir une description précise.

Avec les informations de Pascal Robidas

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.