•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dyane Adam, pilier de la francophonie en Ontario, quitte ses hautes fonctions à l’UOF

L'Université de l'Ontario français salue le « legs indéniable d’une leader visionnaire et rassembleuse ».

Dyane Adam en toge.

Dyane Adam a grandement contribué à la création de la première université autonome de langue française en Ontario.

Photo : Joel Gale, Eye Shoot Images / UOf

Radio-Canada

Ancienne commissaire aux langues officielles, Dyane Adam voit ses mandats arriver à terme à l’Université de l’Ontario français (UOF), dont elle a été présidente-fondatrice du Conseil de gouvernance jusqu’au 23 juin dernier.

Mme Adam siège encore à titre de membre externe du Conseil jusqu’à jeudi.

Le recteur de l’Université, Pierre Ouellette, a salué son sourire et sa joie de vivre contagieux en évoquant le départ de cette leader de la francophonie.

Nos échanges fructueux quant à l’avenir florissant de notre université me manqueront, a-t-il déclaré dans un communiqué. Mme Adam mobilisait et encourageait ainsi tous les membres du personnel.

Dyane Adam a été nommée par décret ministériel comme présidente du Conseil de planification pour une université de langue française en septembre 2016.

Elle s'est précédemment fait connaître à titre de commissaire aux langues officielles du Canada de 1999 à 2006.

À l'UOF, Mme Adam a été présidente du Conseil de planification pour une université de langue française en septembre 2016 avant d'assumer la direction de la mise en oeuvre et la présidence du Conseil de gouvernance pendant six ans. Son successeur, Jacques Naud, a été élu le 23 juin.

Une école à son nom

Au sein des universités, Dyane Adam a précédemment occupé le poste de vice-rectrice adjointe en enseignement et services en français à l’Université Laurentienne pour ensuite devenir principale du Collège Glendon de l’Université York à Toronto en 1994.

Son parcours professionnel l'a conduite à travailler au sein de plusieurs organismes nationaux et internationaux, dont la Société canadienne pour l’étude de l’enseignement supérieur, le Regroupement des universités de la Francophonie hors Québec, l’Agence universitaire de la Francophonie et l’Association des Ombudsmans et médiateurs de la Francophonie.

Son engagement lui a valu plusieurs reconnaissances ; elle a été nommée Membre de l'Ordre du Canada, Chevalier de l’Ordre de la Pléiade de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques de la République française.

Plus récemment, le Conseil scolaire publique Viamonde a baptisé une école élémentaire en son nom, à Milton en Ontario.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !