•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marcel Furlong déçu du Programme d’accès aérien aux régions 

Un avion dans le ciel.

Les préfets des différentes MRC de la Côte-Nord envisagent d’inciter la coopérative TREQ à faire un projet-pilote sur la Côte-Nord pour mieux desservir la population (archive).

Photo : Radio-Canada / Daniel Thomas

Le préfet de la Municipalité régionale de comté (MRC) de Manicouagan, Marcel Furlong, se dit déçu de l’offre de billets d’avion à 500 $ en région. Il souhaite que le transport par avion puisse faire un retour dans les habitudes des Nord-Côtiers.

Pour stabiliser et améliorer l’offre de transport aérien, le gouvernement a mis en place au début du mois de juin un programme qui offre des vols à 500 $ aller-retour entre les régions du Québec et les grands centres. Le gros problème pour M. Furlong est la quantité limitée de ces billets.

Pour le préfet tous les billets devraient être au prix promis par le gouvernement. La problématique de ce programme-là, qui à la base est un bon programme, c’est qu’on se retrouve avec des gens qui veulent se rendre à Québec ou à Montréal et qui se voient obligés de prolonger leur séjour parce que le retour prévu avec le fameux billet est deux à trois jours plus tard que ce que le client souhaite, raconte-t-il.

Il ajoute que dans ces cas les voyageurs ont le choix de payer un billet à plein prix ou de ne pas utiliser l’avion. Il indique que dans la majorité des cas, ils choisissent de ne pas se rendre à leur destination.

Qui utilise les billets?

Marcel Furlong affirme que la plupart des billets sont utilisés par les gens qui ont des rendez-vous médicaux à l’extérieur et qui ont une recommandation d' un Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS). C’est eux qui ont la priorité, c’est normal, mais ça enlève beaucoup de billets aux voyageurs de plaisance et d'affaires, souligne M. Furlong.

Un homme en complet cravate vêtu d'un manteau de cuir à l'extérieur lors d'une journée grise.

Marcel Furlong souhaite que le prix des billets d'avion soit tous similaire.

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy Martin

Selon lui, le programme a été mal organisé et particulièrement pour les gens qui vivent en région. Pour comprendre ce que les gens en région vivent, il faut avoir vécu en région ou avoir côtoyé des personnes qui y résident. Quand on est en ville et qu’on décide d’un programme, généralement on ne connaît pas les problématiques des régions et ça explique un peu pourquoi le programme n'est pas tout à fait adapté pour ici, déclare-t-il.

« On ne veut pas avoir 30 personnes qui prennent l’avion le matin et que certains aient payées 500 $ pour leur billet aller-retour et d’autres à 1400 $ juste pour l’aller. »

— Une citation de  Marcel Furlong, préfet de la MRC de Manicouagan

Les solutions

Pour M. Furlong il n’y a qu’une seule solution pour permettre le retour du transport aérien dans les habitudes des Nord-Côtiers et de la population des autres régions : offrir des billets à prix raisonnable pour tous.

Il précise qu’il s’agit entre autres de la philosophie de la coopérative de transport régionale du Québec (TREQ). S’il y a plus de clients, on peut avoir plus de disponibilité et maintenir les prix plus bas. Les préfets des différentes MRC de la Côte-Nord envisagent d’inciter la coopérative TREQ à venir faire un projet-pilote sur la Côte-Nord pour mieux desservir notre population, annonce-t-il. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !