•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le G7 assure qu’il soutiendra l’Ukraine « aussi longtemps que nécessaire »

Volodymyr Zelensky aurait affirmé au groupe que le temps de la négociation avec Moscou n'était pas venu.

Justin Trudeau place son veston sur un dossier de chaise. D'autres hommes sont assis autour d'une table.

Le premier ministre canadien s'installe pour une des nombreuses sessions de travail prévues lors du sommet du G7, qui se tient jusqu'à mardi dans les Alpes bavaroises.

Photo : La Presse canadienne / AP/Susan Walsh

Radio-Canada

À mi-chemin d’un sommet qui se poursuivra jusqu'à mardi, au château d'Elmau, dans le sud de l'Allemagne, les pays du G7 ont réitéré lundi leur appui à l’Ukraine, mais sans y aller jusqu'à nouvel ordre d'annonces susceptibles d’infléchir le cours de la guerre.

Nous continuerons à fournir un soutien financier, humanitaire, militaire et diplomatique et nous resterons aux côtés de l'Ukraine aussi longtemps que nécessaire, ont-ils déclaré dans un communiqué commun publié après une session de travail sur la guerre en cours depuis le 24 février.

Les pays membres du groupe – Allemagne, États-Unis, France, Canada, Italie, Japon, Royaume-Uni – ont aussi exhorté la Russie à permettre les exportations de céréales depuis l'Ukraine, actuellement impossibles en raison du blocus naval russe.

Ils demandent de toute urgence à Moscou de cesser, sans condition, ses attaques contre les infrastructures agricoles et de transport et de permettre le libre passage des marchandises agricoles depuis les ports ukrainiens de la mer Noire. De précédents appels à ce sujet sont demeurés lettre morte.

Ils ont en outre exprimé leur vive inquiétude après l'annonce par la Russie qu'elle pourrait transférer des missiles à capacité nucléaire au Bélarus, et exigé le retour immédiat des Ukrainiens emmenés par la force en Russie. Malgré de nombreux témoignages à ce sujet, Moscou dément toute déportation forcée.

Le G7 n'a toutefois fait aucune annonce quant à un mécanisme pour plafonner le prix du pétrole russe.

Les dirigeants des pays du G7 et de l'UE sont assis autour d'une table ronde. Le président Zelensky est visible sur un écran de télévision.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est adressé aux dirigeants des pays du G7 et de l'Union européenne lundi matin.

Photo : Getty Images / Pool/ Christian Bruna

Dans un message sur Telegram publié après son intervention en visioconférence au sommet du G7, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a expliqué avoir demandé aux pays membres de renforcer les sanctions contre la Russie en limitant les prix du pétrole exporté par Moscou.

« Pour nous, une position cohérente des pays du G7 concernant les sanctions est importante. Elles doivent être renforcées encore, en limitant les prix du pétrole exporté par l'agresseur. »

— Une citation de  Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine

Le chef d'État ukrainien a déclaré aussi dans son message que l'Ukraine sent le soutien des pays du G7. Merci pour l'aide concernant la défense et les finances, offerte à notre pays dans sa lutte contre l'invasion russe, a-t-il indiqué.

Pas le bon moment pour négocier

Selon la présidence française, M. Zelensky a aussi déclaré lundi lors de son intervention que le temps de la négociation avec la Russie n'était pas venu et que l'Ukraine devait d'abord consolider ses positions.

Le président Zelensky a fait à tous une réponse qui était très claire, c'est qu'aujourd'hui ce n'est pas le moment de la négociation, l'Ukraine négociera quand il sera en position de le faire c'est-à-dire quand il aura rétabli au fond une position de force, a déclaré l'Élysée.

En attendant, il a besoin de mettre un terme à la guerre aussi vite que possible, a ajouté l’Élysée, en soulignant que le dirigeant ukrainien avait fixé comme échéance l'arrivée de l'hiver.

Notre     dossier Guerre en Ukraine

Pour l'heure, les forces ukrainiennes sont contraintes de reculer dans la région du Donbass, dans le sud-est du pays. Elles ont dû se retirer de Sievierodonetsk au cours des derniers jours, et tentent de tenir Lyssytchansk, déjà grandement détruite par les bombardements russes.

Volodymyr Zelensky a en outre demandé aux pays du G7 de lui fournir plus d'équipements militaires, de telle manière que l'Ukraine puisse contenir l'avancée de la Russie et repousser les Russes au-delà des lignes de février.

Selon l'AFP, qui cite une source proche du dossier, les États-Unis envisagent notamment de fournir à l'Ukraine un système de missiles sol-air de moyenne et longue portée NASAMS (National Advanced Surface-to-Air Missile System), ainsi que de nouvelles munitions pour l'artillerie et des radars.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !