•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au moins 5 nouveaux visages au conseil municipal de Toronto, cet automne

La prochaine élection municipale à Toronto aura lieu lundi 24 octobre 2022.

La salle du conseil municipal de Toronto pendant une réunion

Les conseillers Michael Ford et Kristyn Wong-Tam ont fait le saut en politique provinciale, tandis qu’Ana Bailao, Joe Cressy et John Filion ont choisi de ne pas se représenter.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les Torontois voteront cet automne dans au moins cinq circonscriptions sans titulaire, soit une excellente occasion d'apporter de nouvelles idées au sein du conseil, selon l'ancienne conseillère municipale Mary-Margaret McMahon.

Cette dernière s'est retirée de la politique municipale en 2018 après deux mandats et plusieurs tentatives infructueuses de persuader le conseil d'adopter des limites de mandats.

Il y a un fort avantage à être titulaire, témoigne Mme McMahon, qui a été élue pour représenter Beaches-East York en tant que députée libérale lors des élections provinciales du 2 juin.

« Nous tenons parfois deux discours : nous voulons plus d'équité entre les sexes, nous voulons des jeunes et nous voulons plus de diversité au conseil, mais vous ne pouvez pas avoir de nouveaux visages sans donner des chances égales à tous. »

— Une citation de  Mary-Margaret McMahon, ancienne conseillère municipale de Toronto

Les cinq départs concernent les conseillers vétérans Michael Ford et Kristyn Wong-Tam, qui ont fait le saut en politique provinciale le mois dernier, ainsi qu’Ana Bailao, Joe Cressy et John Filion qui ont choisi de ne pas se représenter en octobre.

En date de vendredi, le conseiller Anthony Perruzza, qui représente Humber River-Black Creek, et Mark Grimes, pour Etobicoke Lakeshore, ne s'étaient pas encore inscrits sur les listes électorales. Les candidats ont jusqu'au 19 août pour le faire.

En 2018, lorsque le premier ministre Doug Ford a réduit le conseil de 44 à 25 sièges, seulement trois nouvelles recrues politiques ont été alors élues.

Défis des renouvellements

La limitation des mandats est un moyen d'égaliser les chances car elle assure une rotation tous les deux ou trois mandats, selon la durée de la limitation. Mais il peut aussi y avoir un inconvénient, nuance Sheila White, collaboratrice de longue date et conseillère politique de feu Mel Lastman lorsqu'il était maire. Elle s'est elle-même présentée à deux élections municipales.

« Que se passe-t-il si vous avez un conseiller qui est tout simplement excellent, qui a toujours été là pour vous et tient parole sur chaque question? Vous ne voulez pas forcer cette personne à partir. »

— Une citation de  Sheila White, ancienne conseillère politique

Autre argument contre les limites de mandat : certains conseillers chevronnés ont fait remarquer qu'elles peuvent priver un conseil municipal d'une expérience politique précieuse.

Selon Mme McMahon, instaurer une période de transition pourrait être un moyen de contourner le problème. Un conseiller sortant montrerait les ficelles du métier au novice, afin de faciliter le passage d'un vétéran à une recrue, suggère-t-elle.

Stratégie électorale

Les nouveaux élus doivent faire face à d'autres défis, prévient aussi Mme White, notamment quand les frais de campagne peuvent atteindre des dizaines de milliers de dollars. Par ailleurs, certains candidats sont affiliés aux principaux partis politiques, ce qui constitue un avantage de taille pour eux.

Un parti politique peut fournir des démarcheurs, des travailleurs, de la main-d'œuvre gratuite et d'autres types d'aide qu'un candidat qui n'est pas soutenu par un parti politique n'aurait pas, explique-t-elle.

« L'élément le plus essentiel pour un candidat est d'aller frapper à la porte [des électeurs]. »

— Une citation de  Sheila White

Vous avez besoin d'une équipe de démarchage pour vous aider à frapper à ces portes, poursuit Mme White. Et idéalement, vous aimeriez démarcher vos quartiers, tous vos bureaux de vote, au moins une fois et peut-être deux ou trois fois si vous le pouvez, car les gens doivent savoir qui vous êtes.

Les anciens conseillers municipaux Brad Bradford, Mary-Margaret McMahon et la conseillère politique White encouragent tout aspirant en politique à envisager sérieusement de se présenter aux élections.

En fin de compte, c'est un travail d'amour, résume M. Bradford. Vous le faites parce que vous voulez faire une différence dans votre communauté. Vous voulez faire une différence dans notre ville.

D'après les informations de Michael Smee, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !