•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fois de plus, Ottawa se prépare en vue de manifestations au centre-ville

Un homme avec un chandail et un drapeau du Canada pendant le convoi.

Au départ, ces manifestants tenaces clamaient haut et fort leur opposition aux mesures sanitaires, qui ont pratiquement toutes été levées depuis (archives).

Photo : Getty Images / Spencer Platt

Radio-Canada

Pour une troisième fois depuis le début de l’année 2022, les élus, les citoyens et les forces de l’ordre d’Ottawa se préparent en vue de manifestations dans son centre-ville.

Divers groupes ont l'intention de manifester au cœur de la capitale durant l'été. Ces derniers ont choisi la fête de la Confédération pour lancer leurs activités estivales. Au départ, ces manifestants voulaient dénoncer les mesures sanitaires, mais elles ont pratiquement toutes été levées depuis.

Ils se mobilisent maintenant pour faire part de leur insatisfaction à l'égard du gouvernement fédéral, a expliqué plus tôt cette semaine James Topp, un ancien combattant qui marche à travers le Canada pour protester contre les obligations vaccinales restantes.

M. Topp a rencontré, mercredi, une vingtaine de députés conservateurs. Certains d’entre eux ont offert ce soutien au mouvement.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, et le chef intérimaire de SPO, Steve Bell, doivent faire le point lundi en conférence de presse.

Deux hommes dans un jacuzzi en plein coeur du centre-ville d'Ottawa.

Cette image de ces deux hommes dans un jacuzzi pendant l'occupation a illustré à quel point les manifestants avaient su s'installer confortablement au centre-ville (archives).

Photo : AFP via Getty Images/JOE KLAMAR

C'est la troisième fois que s'annonce une mobilisation de taille au centre-ville d'Ottawa cette année. Il y a d’abord eu le convoi de camionneurs cet hiver, qui a mené à une occupation d’environ trois semaines. Il a fallu que le gouvernement fédéral invoque la Loi sur les mesures d’urgence pour y mettre fin.

Quelques mois plus tard, au printemps, c'est un convoi de motocyclistes qui a mis le cap sur la capitale. Le Service de police d’Ottawa (SPO) était nettement mieux préparé, cela dit, de sorte que la manifestation ne s'est pas pas éternisée.

Un manifestant avec une casquette «Save Canada» devant beaucoup de policiers.

Au convoi de motocyclistes, des agents ont été déployés avec des casques et des boucliers pour aider à contrôler la foule (archives).

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

En soirée, le groupe Solidarité communauté Ottawa tiendra une séance d’information sur la sécurité communautaire. Ce mouvement citoyen s’est farouchement opposé aux deux premiers convois et tient, une fois de plus, à faire savoir aux protestataires qu’ils ne sont pas les bienvenus dans la capitale nationale.

On veut protéger notre communauté avec nos ressources de soin, d’aide mutuelle et notre protection contre ces activités de l’extrême droite, a expliqué l’une des organisatrices de Solidarité communauté Ottawa, Chantal Sundaram.

Chantal Sundaram en entrevue à Radio-Canada.

Chantal Sundaram, de Solidarité communauté Ottawa

Photo : Radio-Canada

Un manque de préparation face à l’extrême droite

L’expert en sécurité nationale, Michel Juneau-Katsuya, pointe du doigt le manque de préparation des gouvernements au cours des derniers mois, mais aussi au cours des dernières années.

Selon celui qui a fait carrière au sein du Service canadien du renseignement de sécurité, les élus n’ont pas su répondre à la montée de l’extrême droite au Canada.

À moyen et à long terme, il faut travailler pour mieux comprendre ces mouvements qui sont retournés [au centre-ville d’Ottawa] après ce qui s’est passé en février.

Michel Juneau-Katsuya affirme que ces manifestants sont maintenant animés d’une mission divine, ce qui les motive à poursuivre leurs protestations.

« Aux citoyens d’Ottawa, ne vous laissez pas intimider. »

— Une citation de  Michel Juneau-Katsuya, expert en sécurité nationale

Une commission d'enquête citoyenne sur les impacts des convois

Des citoyens disent vouloir compléter les enquêtes des différents paliers de gouvernement en mettant sur pied une commission d'enquête citoyenne sur les effets du convoi sur la communauté.

Nous voulons donner l'espace à la communauté qui a vécu les impacts de l'occupation, explique Alex Neve, co-commissaire de la Commission populaire d'Ottawa sur l'occupation. Nous réalisons qu'il y a beaucoup de processus officiels, [...] mais il n'y a pas d'espace pour les gens qui ont vraiment vécu cette expérience, [...] qui ont été traumatisés par l'occupation.

Cette commission d'enquête n'aurait pas les pouvoirs dévolus à celles créées par la loi. Néanmoins, ses dirigeants croient à sa raison d'être, notamment à son pouvoir de « guérison » pour la communauté.

Ce sera un rapport détaillé, et ce sera difficile pour les autorités de l'ignorer. Nous allons faire tout en notre possible pour donner suite à nos recommandations, conclut M. Neve.

La Commission populaire d'Ottawa sur l'occupation espère rendre son rapport public en février 2023, soit un an après l'occupation du centre-ville d'Ottawa.

Avec les informations de Julien David-Pelletier et Christian Milette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !