•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada veut empêcher le grain ukrainien de pourrir dans les ports

Justin Trudeau debout au lutrin devant Joe Biden (à gauche) et Mario Draghi (à droite).

Lors du Sommet du G7 en Allemagne, le premier ministre Justin Trudeau s'est engagé à verser 50 millions de dollars pour aider les fermiers ukrainiens à relancer leur production et à exporter leurs récoltes.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Presse canadienne

Le Canada s'est engagé à verser 50 millions de dollars pour empêcher le grain ukrainien de pourrir dans les ports bloqués par la Russie.

L'argent sera versé dans un fonds du G7 pour aider les fermiers ukrainiens à relancer leur production, à nourrir les gens et à exporter leurs récoltes ainsi que pour aider l'Ukraine à stocker davantage de céréales, a indiqué le premier ministre Justin Trudeau.

Le Canada a une précieuse expérience en stockage de céréales. Le savoir et l'expérience de nos agriculteurs seront très utiles. On va continuer de travailler avec des partenaires pour venir en aide à l'Ukraine et pour atténuer la crise mondiale de la sécurité alimentaire, a-t-il écrit sur Twitter.

M. Trudeau veut aussi travailler de concert avec les autres membres du G7 pour adopter des mesures destinées à freiner la famine provoquée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Les répercussions de l'actuelle offensive russe ont dominé les discussions au cours de la première journée du Sommet du G7 en Allemagne.

Ces questions ont figuré au premier rang des priorités du Canada à la réunion du Commonwealth et devraient apparaître au programme du prochain sommet de l'OTAN à Madrid, en Espagne, qui s'ouvrira mercredi.

Une pénurie mondiale de grain menace de plonger de grandes parties de l'Afrique dans la famine. M. Trudeau et ses homologues du G7 ont reproché aux Russes d'avoir pris comme cibles les silos de grain ukrainiens et d'avoir bloqué les principaux ports du pays depuis le début de leur invasion.

Au cours de leur première réunion, les dirigeants ont dirigé leur attention sur l'économie mondiale, affectée par ce conflit qui a fait grimper les prix de produits essentiels partout dans le monde.

Le Canada a promis d'envoyer de l'équipement pour aider l'Ukraine à entreposer sa récolte de grains et pour l'aider à la mettre sur le marché.

Cette aide comprendra l'envoi de silos mobiles, a indiqué la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, lors d'une entrevue accordée au Canada.

La semaine dernière, le port de Mykolaïv, où sont situées les installations d'entreposage d'huile végétale de la société canado-néerlandaise Viterra, a été la cible de missiles russes.

Cette huile végétale est destinée à la consommation humaine, a indiqué un porte-parole de Viterra, Jeff Cockwill. Heureusement, personne n'est mort, mais un de nos employés a souffert de brûlures mineures et a dû être soigné.

Justin Trudeau (à gauche) et Ursula von der Leyen (à droite) sur une terrasse devant un paysage montagneux forestier.

Justin Trudeau discute avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors du Sommet du G7. M. Trudeau croit que l'expertise des agriculteurs canadiens dans le domaine du stockage du grain pourrait être utile aux Ukrainiens.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Le Canada espère accroître sa production de blé

Le Canada espère accroître de 44 % sa production de blé comparativement à l'an dernier, a déclaré Mme Bibeau. Cette hausse permettra d'améliorer l'approvisionnement des pays au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique qui dépendent du grain ukrainien.

Elle a ajouté que les producteurs de grain canadien et le gouvernement fédéral font tout ce qu'ils peuvent pour assurer un approvisionnement aux nations menacées par une éventuelle famine.

M. Trudeau est arrivé en Allemagne dimanche après avoir passé quatre jours à la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth à Kigali, au Rwanda. Il a été accueilli à l'aéroport de Munich par un groupe d'accueil musical allemand et par l'ancien chef libéral et ambassadeur du Canada en Allemagne, Stéphane Dion.

M. Trudeau est ensuite monté à bord d'un hélicoptère qui l'a conduit à l'hôtel de luxe Schloss Elmau, situé au pied des Alpes bavaroises, pour rencontrer ses homologues du G7.

Il a eu sa première rencontre avec le premier ministre britannique Boris Johnson, qui s'est félicité de l'unité démontrée par le G7 devant l'agression russe.

Le G7 et d'autres pays se sont unis pour imposer des sanctions à la Russie depuis l'invasion de l'Ukraine, en février dernier. Ils ont collectivement dépensé des milliards de dollars pour envoyer de l'aide et des armes à l'Ukraine pour qu'elle se défende.

Le président russe Vladimir Poutine a riposté en réduisant l'accès à son approvisionnement en gaz naturel à certains pays européens, notamment l'Allemagne, la plus grande économie d'Europe.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky devrait aussi s'adresser aux dirigeants au cours de ce sommet de trois jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !