•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La population de pluviers siffleurs à son plus bas cette année à l’Île-du-Prince-Édouard

Le petit oiseau que l’on observe sur les plages est menacé de disparition.

Un petit oiseau de rivage blanc et gris sur une plage, avec deux oisillons qui essaient de se cacher dans son plumage.

Les pluviers siffleurs des sous-espèce melodus et circumcinctus, qui sont de petits oiseaux de rivage, font partie de la liste des oiseaux en voie de disparition au Canada.

Photo : Getty Images / Ken Canning

Radio-Canada

Le pluvier siffleur, un petit oiseau en voie de disparition au Canada, est moins visible que jamais cet été à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les pluviers siffleurs sont à leur niveau le plus bas, dit Sarah Hirtle, la coordinatrice du programme de conservation des zones côtières de l'organisme de bienfaisance Island Nature Trust, qui est un fonds pour la nature à l'Île-du-Prince-Édouard.

Parcs Canada et Island Nature Trust chiffrent annuellement le nombre de pluviers siffleurs dans la province. Le fonds pour la nature patrouille les plages du nord de l’île, et Parcs Canada surveille la population d’oiseaux au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard.

Cette année, ils ont dénombré seulement 51 pluviers adultes, en plus de quelques nids et de quelques oisillons.

L’an dernier, ils avaient compté 69 pluviers siffleurs.

Lindsay Burke, une responsable de la gestion des ressources au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, confirme que la population de pluviers siffleurs est basse cette année.

L’agente de Parcs Canada veut quand même être optimiste. Il y a toujours une période où les oiseaux se déplacent et s’installent, avance-t-elle.

La surveillance de l’espèce commence à la mi-mai et se poursuit tout l’été, parfois même jusqu’au début de l’automne. Les pluviers migrent ensuite pour passer l’hiver dans le sud, dans les Caraïbes ou le golfe du Mexique, par exemple.

Ne dérangez pas les pluviers cet été

Parcs Canada avertit le public que l’accès à toutes les dunes sera fermé cet été.

Un écriteau sur une plage avec le mot ATTENTION, un pictogramme d'oiseau et un message expliquant que les pluviers siffleurs font leurs nids à cet endroit.

Des écriteaux informent les passants qu'ils entrent dans un lieu où les pluviers siffleurs, une espèce en voie de disparition, font leurs nids.

Photo : CBC / Shane Hennessey

Des écriteaux avertissent déjà les passants des endroits où les pluviers ont fait leur nid, pour que les gens évitent de les perturber.

Lindsay Burke souligne que Parcs Canada va augmenter le nombre de messages afin que les visiteurs soient informés du fait que les pluviers siffleurs sont une espèce en voie de disparition à laquelle il faut faire attention.

Sans le savoir, les humains et les chiens sont les plus grands prédateurs des pluviers siffleurs, mentionne Sarah Hirtle, du fonds pour la nature.

Sarah Hirtle vue de profil sur une plage, regardant au loin dans des jumelles.

Au sein de l'organisme Island Nature Trust, Sarah Hirtle est la coordinatrice du programme de conservation des zones côtières.

Photo : CBC / Shane Hennessey

Elle implore les touristes et les résidents de l’île qui iront à la plage cet été de privilégier les endroits où le sable est mouillé. S’ils ont leurs chiens avec eux, on leur demande de veiller à ce qu’ils ne s’approchent pas des nids et des oisillons.

Les zones où les pluviers nichent sont habituellement encerclées par des cordes pour empêcher les visiteurs de les perturber par inadvertance.

Si quelqu’un trouve un nid qui n’est pas encerclé de cette manière, on demande d’en informer le personnel du parc national, ou le groupe Island Nature Trust, afin qu’on puisse venir le protéger.

À ceux qui ont à cœur la nature, la recommandation de Sarah Hirtle est simple : Admirez les oiseaux d’une certaine distance, et ne les dérangez pas, dit-elle.

D’après un reportage d’Hannah Bryenton, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !