•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’inflation affecte les petits épiciers indépendants d’Edmonton et leurs clients

Nunu Deselgne devant des produits frais, des fruits et légumes.

Nunu Deselgne explique que l'inflation fait grimper les prix des produits alimentaires qu'elle vend.

Photo : Radio-Canada / Nathan Gross/CBC

Radio-Canada

L’inflation touche particulièrement les petits épiciers indépendants à Edmonton et a forcé Nunu Deselgne à augmenter les prix de chaque article de son épicerie, Habesha African Market. À deux exceptions près : les œufs et le lait.

Ce sont une nécessité pour les gens, explique Nunu Deselgne. Alors nous prenons sur nous [pour ces articles là]. Son magasin est situé dans l'un des quartiers à faible revenu de la ville, au centre d'Edmonton.

Avec l’augmentation des prix à chaque nouvelle livraison, Nunu Deselgne ne sait pas combien de temps elle pourra continuer à encaisser ces coûts. Et elle n’est pas la seule, les épiciers d'Edmonton doivent augmenter les prix des aliments qu'ils vendent, car l'inflation, combinée à la pénurie de main-d'œuvre et aux problèmes de chaîne d'approvisionnement, ont fait exploser les coûts.

Mercredi, Statistique Canada a annoncé que le taux d'inflation au Canada a atteint 7,7 % en mai, le taux le plus élevé en 40 ans. Les prix des produits alimentaires ont augmenté de 9,7 % au cours de la dernière année.

« Ça augmente constamment de plus en plus chaque semaine. C'est assez stressant. »

— Une citation de  Nunu Deselgne, propriétaire d'une épicerie

Triplement du coût d'un conteneur

Le Spice Centre, à Mill Woods, a également dû augmenter ses prix, en partie à cause de l'augmentation des frais d'expédition. Nous sommes dans ce milieu depuis plus de 30 ans maintenant et nous n'avons jamais vu de tels changements de prix, explique le copropriétaire et directeur du Spice Centre, Aman Bindra. Les prix sont en hausse, mais les bénéfices sont en baisse, dit-il.

Le magasin s'adresse à une importante population d'Asie du Sud et des Caraïbes et commande une grande partie de ses produits en Inde et dans les Caraïbes. Avant la pandémie, un conteneur qui coûtait 5000 dollars et mettait cinq à six semaines à arriver coûte désormais environ 15 000 dollars et n'arrive pas avant des mois.

Tout cela s'additionne pour augmenter le coût des marchandises ici, explique Aman Bindra.

Contrairement aux grandes surfaces, les petites épiceries indépendantes fonctionnent avec de faibles marges, selon Heather Thomson, directrice générale du Centre for Cities and Communities de l’École de commerce de l'Université de l'Alberta.

Si les fournisseurs et les distributeurs augmentent les prix, explique-t-elle, les petits magasins n'ont pas beaucoup de latitude pour absorber ce coût dans leur résultat net. Et tandis que les grandes chaînes de magasins ont le pouvoir d’acheter en gros, les épiceries indépendantes n'ont pas cette flexibilité.

Lorsque vous achetez des choses en vrac, vous avez tendance à obtenir une meilleure offre, explique-t-elle.

Heather Thomson juge que le gouvernement devait intervenir pour freiner l'augmentation spectaculaire des prix des produits de première nécessité. Nous ne pouvons pas maintenir le taux d'inflation à ce stade en tant que société, dit-elle. Ce n'est tout simplement pas durable.

D’après les informations de Kashmala Fida Mohatarem et l'émission Edmonton AM

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !