•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel pour des logements sécuritaires à Winnipeg face aux décès de femmes autochtones

Une femme derrière le Palais législatif du Manitoba.

Hilda Anderson-Pyrz est la présidente du National Family and Survivors Circle, un cercle de familles et de survivants. Elle souhaite des mesures urgentes pour rendre la province plus sécuritaire aux femmes autochtones.

Photo : Radio-Canada / Chantallya Louis

Radio-Canada

Les décès de femmes autochtones dans la capitale manitobaine suscitent des appels pour des logements sécuritaires à Winnipeg.

Selon Hilda Anderson-Pyrz qui préside le National Family and Survivors Circle, un cercle de familles et de survivants, des mesures immédiates sont nécessaires afin de rendre la province plus sécuritaire aux femmes autochtones.

Ces mesures comprennent, selon elle, un meilleur accès aux logements. Elle précise qu’il ne s'agit pas seulement d’offrir plus de places dans les refuges d’urgence, mais aussi de proposer davantage de logements de transition et de logements à long terme avec un soutien culturel et social adéquat. 

Nous sommes en train de perdre des vies humaines, alerte-t-elle. Hilda Anderson-Pyrz en appelle à une volonté politique citant l’exemple de la réponse rapide du gouvernement à la pandémie.

La situation actuelle est très similaire, insiste-t-elle.

Au moins 11 femmes et filles autochtones ont été assassinées à Winnipeg depuis juin 2019, période au cours de laquelle le rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a été déposé.

Parmi les récentes victimes, Lori Ann Manchesse, 53 ans, originaire de la Première Nation Ebb and Flow du Manitoba.

Sa soeur Norma Mancheese explique qu'en raison du manque de logements dans la Première Nation, elle restait parfois chez des amis ou des membres de sa famille. Elle se rendait aussi à Winnipeg où elle était sans-abri ou restait chez des amis.

Au début du mois, le corps de Lori Ann Manchesse a été retrouvé dans le champ d'un agriculteur à l'extérieur de Winnipeg.

Au mois de mai déjà, la police de Winnipeg a signalé l’assassinat de trois femmes autochtones.

Tessa Perry, la nièce de Hilda Anderson-Pyrz, fait partie des personnes tuées à Winnipeg.   

Il y a eu tellement de pertes qu'il semble que nous soyons dans un état de deuil perpétuel, souligne Mme Anderson-Pyrz. Nous sommes en pleine crise.

La conseillère spéciale, Judy Hughes, du PDG de l'Association des femmes autochtones du Canada fait remarquer que lorsqu'il s'agit de femmes autochtones vivant dans les villes, il y a un double défi :  trouver des logements abordables et les avoir dans des endroits sécuritaires.

Nous avons encore beaucoup de propriétaires qui refusent de louer à des femmes autochtones, explique-t-elle.

Ils donnent les rendez-vous pour les femmes autochtones, nous allons voir, puis ils nous rappellent et le logement n'est plus disponible. Dans de nombreux cas, nous savons que c'est simplement parce qu'ils ont vu la couleur de la peau, s'indigne-t-elle.

Retard d’Ottawa

À l'automne 2020, Ottawa a annoncé une enveloppe de 724 millions de dollars pour soutenir la création d’espaces d’hébergement et de logements de transition pour les femmes et filles autochtones qui tentent d’échapper à la violence.

Mais ce financement n’a pas encore été utilisé.

Selon Judy Hughes, il n'y a aucune excuse pour que ce financement ne soit pas distribué.

Une porte-parole du bureau de la ministre canadienne de la Condition féminine et de l'Égalité des sexes écrit, dans un communiqué, que les demandes pour la première série de financement ont récemment pris fin. Elle ajoute qu'une annonce de l'affectation des fonds serait faite au cours de l'été, la mise en œuvre devant commencer à l'automne.

Indéniablement, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais nous allons dans la bonne direction, mentionne Johise Namwira.

Elle ajoute que le ministère continuera de travailler en étroite collaboration avec les peuples autochtones, les familles, les survivants, les communautés et les provinces et territoires en tant que partenaires égaux.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !