•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblement pro-choix à Sherbrooke

Des gens rassemblés devant le palais de justice de Sherbrooke.

Les gens ont été invités à porter du noir lors du rassemblement.

Photo : Radio-Canada / Alexis Tremblay

Radio-Canada

Des dizaines de personnes se sont réunies devant le palais de justice de Sherbrooke dimanche. Elles souhaitaient exprimer leur colère face au renversement de la décision Roe contre Wade aux États-Unis, qui y a révoqué le droit à l'avortement à l'échelon fédéral.

Le Collectif pour le libre choix de Sherbrooke et SOS Grossesse Estrie sont derrière cette mobilisation. Sur Facebook, ils disent vouloir exprimer publiquement leur colère face à cette prise de contrôle du corps et de la vie des femmes, des hommes trans et des personnes non binaires aux États-Unis.

« On permet les armes à feu mais on enlève des droits aux femmes d'un autre côté, donc ça n'a aucune logique. »

— Une citation de  Johanne Bilodeau, coordonnatrice au Collectif pour un libre choix
Une dame prononce un discours pendant un rassemblement.

Des discours ont été prononcés devant le palais de justice de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Alexis Tremblay

La députée provinciale de Sherbrooke, Christine Labrie, était présente, de même que la députée fédérale de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau. Cette dernière s'est montrée rassurante quant à l'avenir de ce droit au Canada. On est tous solidaires, unanimes, prêts à défendre, à protéger le droit des femmes, incluant le droit à l'avortement.

Une enfant tient une pancarte qui porte la mention « L'Amérique pleure ».

Des manifestants de tous les âges étaient présents.

Photo : Radio-Canada / Alexis Tremblay

La députée de Compton-Stanstead s'inquiète aussi de la présence du discours anti-avortement au pays. Pour elle, il est inconcevable que des figures politiques soient opposées à l'avortement au Canada.

Beaucoup d'incompréhension chaque fois qu'on a eu à voter, pas directement pour le droit à l'avortement mais pour d'autres projets de la même famille. J'ai pu voir de mes yeux des députés conservateurs voter, se lever et aller dans le sens contraire du droit à l'avortement. Je ne peux pas croire qu'on en soit encore là, mais oui, ça existe.

La députée solidaire Christine Labrie ne comprend pas que certains partis politiques acceptent des candidatures de personnes qui prennent position contre l'avortement. Quand ils laissent la porte ouverte à des candidatures anti-choix, ils permettent à des personnes comme ça d'éventuellement être élues, et c'est comme cela que ça commence, les reculs qu'on voit notamment aux États-Unis.

Sur une pancarte, un dessin dresse un parallèle entre la faiblesse des lois américaines sur les armes et la décision de la Cour suprême au sujet de l'avortement.

Les militants pro-choix rassemblés souhaitent envoyer un message clair à la Cour suprême américaine.

Photo : Radio-Canada / Alexis Tremblay

Rappelons que la Cour suprême américaine a invalidé vendredi la décision Roe contre Wade de 1973, qui garantissait le droit à l'avortement à l'échelle du pays. Il incombe maintenant aux États de légiférer afin d'interdire, de limiter ou d'autoriser l'avortement sur leur territoire.

Avec les informations d'Alexis Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !