•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un garde-manger communautaire en construction au centre-ville d’Ottawa

Conçu par des étudiants de l'Université Carleton, ce projet veut mettre l'architecture au service d’un quartier.

Une modélisation en 3D d'un garde-manger communautaire.

Tous auront accès au garde-manger communautaire qui comprendra un réfrigérateur et des étagères ouvertes.

Photo : Gracieuseté : Menna Agha

Radio-Canada

Un nouveau projet au centre-ville d’Ottawa est sur le point de voir le jour, alors que des étudiants en architecture de l'Université Carleton sont en train de finaliser la construction d’un garde-manger communautaire.

Le réfrigérateur et les étagères du projet qui s’appelle Public Food sont déjà installés dans une petite structure sur un terrain de la Société de logement communautaire d'Ottawa (LCO), au 415, rue MacLaren.

Des étudiants sont restés à Ottawa après la fin de leur semestre pour construire ce garde-manger qu'ils ont conçu dans le cadre d'un séminaire de la professeure Menna Agha.

Dre Agha dit que la construction doit finir d'ici la fin de la semaine, parce que ces étudiants partent pour l'été, et parce que l’effort soutenu pour la terminer fait maintenant mal à chaque muscle de son corps, a-t-elle résumé à CBC en prenant une pause de ponçage et de teinture.

Le cours en question porte sur la manière dont l'architecture peut être mise au service d'une collectivité, explique Mme Agha. Comment pouvons-nous concevoir des projets pour des personnes qui n’ont habituellement pas les moyens de nous embaucher ?, résume-t-elle.

Nous avons vu que beaucoup de ces garde-manger pouvaient être juste assez équipés pour abriter un réfrigérateur tout en ne prenant pas trop d’espace. Ils fonctionnent très bien dans différents contextes, détaille Thompson Nguyen, qui a terminé la maîtrise en architecture de Carleton et qui dirige le projet Public Food.

Nous voulions simplement faire quelque chose qui pourrait être un peu plus grand, ajoute-t-il.

Un petit édifice en construction

Le garde-manger est en construction sur un terrain de la Société de logement communautaire d'Ottawa au 415, rue Maclaren.

Photo : Sara Frizzel, CBC

Lors d'un atelier avec leurs partenaires communautaires, les étudiants ont bien compris qu’il serait important que la construction soit digne et de bonne qualité. Les plans ont aussi été examinés de fond en comble pour leur accessibilité, de la rampe d'accès aux couleurs prévues pour la peinture des murs.

Selon Menna Agha, l’église unie Glebe-St. James avait travaillé fort pour que le projet de garde-manger devienne une réalité. Des bénévoles de l'église s'occuperont de l'entretien de l'espace, tandis que LCO fournira l'électricité.

Public Food Centretown est un autre exemple qui illustre comment des partenaires peuvent s’unir pour aider les résidents et lutter contre l'insécurité alimentaire, qui est un problème réel et répandu dans nos communautés , déclare un porte-parole de LCO dans un courriel.

Accessible à tous

Le besoin pour une ressource comme celle-ci est devenu très évident au cours des dernières années, note Mme Agha. L'inflation, le fait que la partie ouest du quartier est un désert alimentaire ainsi que les défis économiques liés à la COVID-19 y ont contribué.

Le mur d'étagères ouvertes a été conçu de manière à éviter les problèmes de santé et de sécurité liés aux endroits clos. Il dispose notamment d'un grand toit pour protéger de la pluie. La température y est également contrôlée, de sorte que les aliments restent propres à la consommation à tout moment de l'année.

Je viens d’arriver au Canada et la première chose que j'ai faite ici, en hiver, a été d’apprendre à la dure. Si vous oubliez vos provisions dans la voiture la nuit, vous n’aurez plus de provisions, illustre Menna Agha.

Le garde-manger sera accessible à tous. La règle d’or sera de prendre ce dont vous avez besoin, et laisser ce que vous pouvez.

Cette nouvelle ressource sera utile, par exemple, à des personnes qui attendent avec impatience leur prochain chèque de paye, ou à d'autres qui partent en voyage et qui ne veulent pas jeter de la nourriture encore fraîche dans leur réfrigérateur, suggère l’architecte.

Menna Agha raconte avoir elle-même un enfant qui fait parfois la fine bouche. Elle a l’intention de laisser les aliments qui ne lui plaisent pas dans le garde-manger.

Le projet comprendra aussi une sélection de fines herbes, d’oignons et d’autres plantes comestibles que l’on pourra cueillir au besoin.

Avec les informations de Sara Frizzell, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !