•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Difficile de faire garder son animal de compagnie à Rimouski pour l’été

Un chien à l'extérieur se fait caresser.

Ce chien se fera garder à domicile pendant trois semaines.

Photo : Radio-Canada / Claude Côté

Perrine Bullant

Avec la levée des restrictions sanitaires aux frontières le 30 juin prochain, les Bas-Laurentiens seront à nouveau tentés de voyager outre-mer. Toutefois, pour les propriétaires d’animaux de compagnie, trouver une option de gardiennage lors des vacances estivales peut s’avérer difficile dans les environs de Rimouski.

Tous les 25 juin, la Journée mondiale contre l'abandon des animaux de compagnie vise à sensibiliser la population à la veille des vacances.

Or, les propriétaires de chiens rimouskois buteront sur une offre limitée en matière de pensions pour chiens.

Sans surprise, la pension canine de courte et longue durée Le Spécialiste du chien de l'Est-du-Québec, à Saint-Fabien, affiche complet depuis le printemps.

L’annonce de la levée des restrictions sanitaires aux frontières a encouragé de nombreux Bas-Laurentiens à prévoir des vacances à l'extérieur du Québec. Les gens ont beaucoup réservé depuis le mois de mars, depuis qu'il y a moins de restrictions sanitaires, constate Joanie Alain, copropriétaire de cette pension de Saint-Fabien. Habituellement, c’est au mois de mai qu'on commence à dire qu'on est complets, mais là, cette année, ça a été un gros boum, précise-t-elle.

Chacune avec un chien dans les bras, les deux femmes posent dehors.

Joanie Alain (à gauche) et Josianne Roussel (à droite), propriétaires du Spécialiste du chien de l'Est-du-Québec, à Saint-Fabien, affichent complet pour l'été.

Photo : Radio-Canada / Perrine Bullant

Des fois, à la dernière minute, j'ai une annulation, et dépendamment s’il s’agit d’un grand ou d’un petit chien, j'ai peut-être une petite place, mais… C'est déjà très plein pour l'été 2022, renchérit son associée, Josianne Roussel.

Visites à domicile

Pour les chats et les rongeurs, les vacanciers peuvent opter pour les visites à domicile.

Propriétaire de Tou-tou chez vous à Rimouski, Jamie Robinson a constaté une augmentation du nombre de demandes de gardiennage depuis la pandémie : Les gens ont adopté beaucoup d’animaux pendant la pandémie, souligne-t-elle.

La femme pose avec son chien sur son patio.

Claudine Poulin a choisi d'accueillir une gardienne pour s'occuper de son son chien Zeus à domicile pendant ses vacances en Europe.

Photo : Radio-Canada / Perrine Bullant

Zeus n'accompagnera pas sa maîtresse, Claudine Poulin, qui séjournera en Europe pendant trois semaines. Pendant son absence, elle fera garder son berger australien à domicile par une étudiante rimouskoise.

Elle ajoute qu’elle préférait qu’il demeure dans son environnement. Là, il va dormir dans son petit lit, il va avoir ses repères, et puis moi, j'ai un énorme terrain tout clôturé : il va pouvoir courir et continuer sa vie, se réjouit-elle.

Je regardais dans mon entourage et je n’avais pas vraiment d'amis qui pouvaient garder Zeus. Ils avaient déjà des chats ou d'autres animaux, alors c'était compliqué, explique Claudine Poulin.

Attention aux services non reconnus

Comme les options de gardiennage sont limitées à Rimouski, les propriétaires du Spécialiste du chien de l'Est-du-Québec préfèrent mettre en garde les propriétaires d'animaux qui seraient tentés de faire appel à un service non reconnu.

Un chien s'amuse dans le parc de la pension canine de Saint-Fabien.

Les propriétaires rimouskois qui préfèrent opter pour une pension canine auront probablement de la difficulté à trouver une place pour leur chien.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Avant de faire garder son chien, il faut s'assurer que la personne ait un permis du MAPAQ, une certification, une connaissance et une expérience avec les animaux. […] Il faut que les installations intérieures et extérieures soient tempérées, que les chiens aient de grands espaces, explique Josianne Roussel.

Les pensions canines doivent aussi respecter de nombreux règlements municipaux et provinciaux. Par exemple, les infrastructures doivent être situées en zone agricole, avertit la spécialiste.

« Avant de faire garder son chien, il y a une multitude de choses à vérifier et beaucoup de questions à poser. »

— Une citation de  Josianne Roussel

Selon le type de séjour et le type de chien, Joanie Alain recommande aux propriétaires de réfléchir aux options. Si c'est un petit chien accepté à plusieurs endroits, c'est bon de l'emmener. Si votre chien est anxieux, vous pouvez le faire garder par un ami. Si c'est un chien sociable, le faire garder peut être une belle avenue. On s'adapte au tempérament des chiens, ajoute-t-elle.

Saison critique pour les animaux

La saison des déménagements et des vacances est synonyme d’abandons, constate chaque année le service animalier de Rimouski. Il arrive parfois que l’organisme recueille des animaux errants qui ne sont jamais réclamés par leurs propriétaires.

Deux chatons dans une pièce.

Chaque année à cette période, le Centre de services animaliers de Rimouski enregistre plusieurs abandons, notamment de chats.

Photo : Radio-Canada / Perrine Bullant

Selon Sandrine Trépanier, animalière au Centre de services animaliers, c’est une responsabilité à laquelle les futurs propriétaires d’animaux doivent penser. Les gens qui viennent adopter doivent avoir ça dans la tête que si on part en voyage, il faut que quelqu'un s'occupe de l’animal ou il faut qu’ils se débrouillent pour trouver quelqu'un pour s'en occuper, recommande-t-elle.

Portrait de Sandrine Trépanier.

Sandrine Trépanier, animalière au Centre de services animaliers de Rimouski, invite les futurs propriétaires à réfléchir à un moyen de faire garder leurs animaux avant d'adopter un animal domestique.

Photo : Radio-Canada / Perrine Bullant

Le Centre de services animaliers de Rimouski n'a enregistré aucun abandon à quelques jours du 1er juillet, date officielle de nombreux déménagements au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !