•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Droit à l’avortement : le deuil d’une Trifluvienne d’origine américaine

Un panneau de signalisation 'Stop" est en avant plan du Capitole du Mississisippi.

Une manifestation régionale aura lieu, dimanche à midi, devant le Palais de justice de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Anyck Béraud

Radio-Canada

L’invalidation du droit constitutionnel des américaines à l’avortement suscite la consternation dans la région.

Jamais Vickie Schnieders, une Trifluvienne d’origine américaine, n’aurait pensé être témoin d'un tel recul pour les droits et libertés des femmes. Je pensais qu’ils allaient reculer avec le tollé que ça a fait, mais quand je l'ai [appris], ça m'a fait froid dans le dos.

Outre son indignation, la décision de la Cour suprême des États-Unis réveille en elle un souvenir douloureux. Je suis émotive, parce que ma tante est décédée d’un avortement illégal , s’est-elle confiée à Radio-Canada.

Vickie Schnieders a dû attendre plusieurs années avant que sa famille ne lui révèle les véritables circonstances du décès de sa tante. Elle voit dans ce geste désespéré un péril qui guette aujourd’hui de nombreuses autres Américaines.

Les femmes vont continuer de se faire avorter. Ils ne vont pas empêcher les avortements, ils vont empêcher les avortements sécuritaires , prévient-elle.

Un rassemblement de femmes en colère et solidaires

Vicky Schnieders n’entend pas en rester là. Elle fera partie de l’un des groupes de femmes qui descendront dans la rue aux quatre coins de la province, dimanche, pour démontrer leur soutien aux Américaines.

À l’initiative du Centre de santé des femmes de la Mauricie, de la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie et du Groupe d'Actions Femmes de l'UQTR, une manifestation régionale aura lieu, à midi, devant le Palais de justice de Trois-Rivières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !