•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aider à la socialisation des chiens

Deux chiens semblent jouer, et une femme les regarde en souriant.

Les chiens peuvent socialiser sous surveillance au Bonheur des Chiens.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

Les chiens ont besoin de socialisation, et la pandémie n’a pas arrangé les choses. Selon la propriétaire d’Au Bonheur des Chiens, les humains pensent à leurs soins plutôt qu’à ceux de leur chien.

Lucie Blanchette est éducatrice canine, propriétaire d’Au Bonheur des Chiens. Elle propose aux Estriens d’aider à la socialisation de leur chien.

Je pense que je comprends bien les chiens, sérieusement, croit Lucie Blanchette. Un chien, c'est un animal de meute et dans une meute, il y a des règles.

La règle principale, c’est la socialisation. Pour ça, Lucie Blanchette met à disposition un parc à chiens pour ses membres.

Venir au parc, il a tellement gagné de confiance, raconte une cliente, Noémie Turgeon. Il va vers les chiens.

« Minimum trois heures par jour qu'il faut donner à son chien. Faut pas que le chien nous regarde vivre là. Il a besoin de bouger, d'être stimulé mentalement aussi. »

— Une citation de  Lucie Blanchette, propriétaire d’Au Bonheur des Chiens.

Lucie se donne aussi la mission de réhabiliter les chiens. Elle donne l’exemple de Miga, une chienne qui a passé 4 ans dans la forêt, à vivre de manière sauvage. Shani Rayner l’a adoptée.

Quand je l'ai prise de la SPA, elle se sauvait dans le bois, raconte Shani Rayner. Sa sécurité était dans le bois. La minute qu'elle avait peur de quelque chose, et pauvre elle, elle avait peur de son ombre, elle se sauvait dans le bois. Je l'ai perdu deux fois, quatre jours, mais elle est revenue. C'est ça qui m'a amené à demander de l'aide à Lucie. Après une semaine ici, c'était vraiment une chienne transformée.

Selon Lucie Blanchette, les peurs qu’ont les chiens peuvent venir de la naissance. Elle critique notamment les éleveurs de chiens qui ne mettent pas en contact les chiots avec des humains.

D’après le reportage de Jean Arel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !