•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Barbe & Doucet, un duo québécois à la conquête des opéras internationaux

Les deux hommes, en complet, sont assis dans une salle de spectacle.

Le scénographe et concepteur de costumes André Barbe aux côtés du metteur en scène et chorégraphe Renaud Doucet.

Photo : Julius Ahn

Radio-Canada

L'avenir est prometteur pour les globe-trotteurs André Barbe et Renaud Doucet, unis sous la compagnie d’opéra Barbe & Doucet depuis une vingtaine d'années. Le duo québécois a des spectacles de prévus un peu partout sur la planète jusqu'en 2026.

Depuis leurs débuts, leurs productions ont été jouées et saluées par la critique au Royaume-Uni, en Allemagne ou encore en Suisse.

Leur secret? Une efficacité nord-américaine, jumelée avec une lecture personnelle des grandes œuvres et une créativité européenne, estiment André Barbe et Renaud Doucet.

On a nos fesses au milieu de l’Atlantique, ce qu’on revendique tout à fait, et maintenant nos pieds en Afrique, illustre Renaud Doucet, installé près de Marrakech, au Maroc.

L'opéra La Bohème, une nouvelle production très colorée de Renaud Doucet et André Barbe.

L'opéra «La Bohème», une production très colorée de Renaud Doucet et André Barbe, en 2019.

Photo : Vancouver opera / SALLY JUBB

Ce dernier est né en Europe, mais a atterri à Montréal en 1993. Il s'est associé à André Barbe en 2020.

Ensemble, les deux créateurs, qui forment aussi un couple, assurent la scénographie, la conception des costumes, la mise en scène et les chorégraphies des opéras qu’ils produisent.

Les gens savent que les problèmes sont réglés entre nous avant qu’on arrive, ce qui fait qu’il n’y a pas de surprise, lance Renaud Doucet.

On en mange de l’opéra, on aime vraiment ça. On en écoute même dans nos temps libres, ajoute André Barbe. Une passion qui nourrit leur réputation d’artisans qui savent ce qu’ils veulent et ce qu’ils font, selon lui.

Le fait de travailler partout dans le monde leur confère également une grande liberté créative. Ça nous permet de choisir un peu ce qu’on veut faire, explique Renaud Doucet.

Une formule gagnante pour le duo, qui a déjà des projets pour les quatre prochaines années.

Créer malgré la pandémie

La COVID-19 a éprouvé le milieu des arts de la scène non seulement au Canada, mais à la grandeur de la planète. Cela n’a toutefois pas freiné André Barbe et Renaud Doucet, qui ont dû redoubler de créativité pour mener à bien des spectacles en Allemagne, en Lettonie et en Italie.

J’ai dû faire des essayages [de costumes] sur Zoom, dit André Barbe en riant. Une fois que le choix des tissus et des coupes a été fait, cette méthode de travail inusitée s’est toutefois révélée assez efficace.

C’est une manière de rester chez soi sans avoir à dépenser des fortunes en transport, en mazout aussi et en chambre d’hôtel, admet-il.

Renaud Doucet raconte pour sa part avoir dû créer des chorégraphies prenant en compte le battement cardiaque des danseurs et danseuses.

Il explique que cette donnée lui a permis de mesurer la quantité d’air expirée par les artistes, et ainsi de prévoir la distance nécessaire entre eux en fonction des restrictions sanitaires.

Ça prend quand même des méchants malades pour accepter de dire oui [à un contrat comme ça], dit-il, sourire en coin.

Profiter du talent québécois

André Barbe et Renaud Doucet ne sont pas les seuls Québécois à avoir exporté leur talent à l’étranger afin de pouvoir mener une carrière dans le monde de l’opéra et de la musique classique.

Il faut voir le nombre de chanteurs québécois qui sont des stars dans le monde de l’opéra, dit Renaud Doucet.

Le duo mentionne les noms des interprètes Frédéric Antoun, Julie Boulianne, Étienne Dupuis et Marie-Nicole Lemieux, en plus d'évoquer les parcours de Michel Lauzière et de Yannick Nézet-Séguin.

« Tout ce monde-là, ce sont des gens du Québec qui travaillent tous ailleurs parce qu'on n'arrive pas à soutenir cette activité. »

— Une citation de  Renaud Doucet
Le chef d'orchestre Yannick Nézet-Séguin, de face, attentif à son ensemble.

Yannick Nézet-Séguin est directeur artistique et chef principal de l'Orchestre Métropolitain, mais il est également directeur musical du Philadelphia Orchestra et du Metropolitain Opera (New York), en plus d'être chef honoraire du Rotterdams Philharmonisch Orkest.

Photo : Hans van der Woerd

André Barbe et Renaud Doucet sont d’avis que la société québécoise doit mieux épauler le talent d’ici afin de le mettre en valeur dans la Belle Province.

Ce texte a été écrit à partir d'une entrevue réalisée par Isabelle Craig, animatrice de l'émission Pénélope. Les propos ont pu être édités pour plus de clarté et de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !