•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme noire déplore qu’une défaillance technique à MPI soit reliée à sa peau

Une femme sourit.

Tolu Ilelaboye explique que les employés de deux centres Autopac de Winnipeg lui ont dit que la couleur de sa peau n'est pas naturelle lorsqu'ils ont remarqué des défaillances sur les images lors d'une séance photo pour le permis de conduire.

Photo : Photo soumise par Tolu Ilelyaboye

Radio-Canada

Une Afro-Canadienne se dit frustrée par les explications qui lui ont été données à la Société d’assurance publique du Manitoba (MPI) à la suite de défaillances techniques constatées sur sa photo que les employés ont liées à la couleur de sa peau.

C'est vraiment inconfortable sur le plan émotionnel de se retrouver dans cet espace où l'on vous dit : "Oh, votre teint n'est pas naturel", explique la Winnipégoise Tolu Ilelaboye.

Elle dit vouloir partager son histoire afin de sensibiliser l'opinion pour que les incidents du genre ne se produisent plus.

Mme Ilelaboye a raconté qu'elle s'était rendue récemment dans deux différents centres Autopac de Winnipeg, pour le renouvellement de son permis de conduire.

Au premier endroit, les employés ont essayé à plusieurs reprises de prendre une photo, mais ils ont fini par dire à Mme Ilelaboye que le système informatique ne traitait pas l'image.

Au second emplacement, quelques jours plus tard, la même chose s’est produite.

Une femme a essayé de me prendre en photo, et elle m'a dit à ce moment-là que l'image apparaissait comme couleur non naturelle et qu'elle ne pouvait pas être prise, dit-elle. [J 'ai été] surprise par le langage utilisé.

La femme pense que le personnel d'Autopac a dû effectuer une correction de couleur sur les images prises pour qu'elles soient acceptées par le système informatique, et que les réglages auraient plutôt occasionné le problème.

Un problème de mise au point ou d'éclairage

Devant sa frustration, Mme Ilelaboye a saisi par courriel MPI.

Dans une déclaration, la société d'État a indiqué qu'elle dispose d'un logiciel de reconnaissance faciale et des normes photographiques qui sont appliqués à chaque photo de permis de conduire.

Vous avez mentionné qu'on vous a dit qu'il s'agissait d'un rejet en raison du teint de la peau ou d'une couleur non naturelle. Cela pourrait être dû à la mise au point et à l'éclairage, peut-on lire dans une partie du courriel adressé à Mme Ilelaboye.

MPI a précisé que moins de 2 % des photos réalisées dans le cadre de l’établissement de permis sont rejetées, et que cela peut être dû à l'éclairage, aux ombres, à la clarté de l'image et à d'autres facteurs.

La couleur de la peau d'un client n'est pas un de ces facteurs et une photo ne serait pas rejetée pour cette raison , souligne la déclaration. Lorsqu'une photo est rejetée, le système peut afficher une notification de "couleur non naturelle', faisant référence à la couleur de l'ensemble de la photo, et non au teint de la peau du client.

Nous nous excusons que cela ait été porté à votre attention de cette manière.

Cette réponse est loin d'être satisfaisante pour Tolu Ilelaboye.

Je pense que c'était une façon de se dérober en disant, vous savez, c'est un problème de systèmes. Mais les systèmes peuvent être changés, les systèmes sont créés par des personnes.

Selon elle, le personnel de MPI devrait être formé à l’éclairage, la mise au point et d'autres considérations techniques comme ceux-ci.

Je ne blâme pas les agents d'Autopac, je reconnais qu'ils ne faisaient que leur travail, reconnaît Tolu Ilelaboye.

Je pense qu'une formation pourrait être faite au niveau d'Autopac pour également apprendre aux gens comment ajuster les paramètres de la caméra ou comment la manipuler afin que les gens ne se fassent pas dire que leur couleur de peau n'est pas naturelle.

Par ailleurs, elle fait remarquer que selon la façon dont ils sont conçus, l'intelligence artificielle et d'autres programmes informatiques peuvent être défavorables aux personnes ayant la peau foncée.

De son côté, MPI promet de travailler auprès de ses employés sur la formulation du système informatique dans des cas similaires à l'avenir.

Nous regrettons sincèrement toute situation où un client a une expérience négative lors de l'accès à nos produits et services.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !