•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bennedict Mathurin : source d’inspiration pour de jeunes joueurs

Bennedict Mathurin est félicité par le commissaire de la NBA, Adam Silver, sur la scène du Barclays Center de Brooklyn.

Bennedict Mathurin est le Québécois repêché le plus haut dans la NBA.

Photo : Associated Press / John Minchillo

Radio-Canada

La sélection de Bennedict Mathurin au sixième rang du repêchage de la NBA par les Pacers de l'Indiana ne manquera pas d'inspirer les jeunes joueurs du Québec, croit l'entraîneuse de basketball à l'École secondaire du Triolet de Sherbrooke, Nathalie Boucher.

Comme c'est souvent le cas lorsque des Québécois percent au sein des ligues sportives professionnelles, les succès du Montréalais de 20 ans ont montré aux jeunes joueurs de la province que tout est possible.

Ça n'arrive pas souvent ! C'est vraiment génial. C'est une inspiration pour nos jeunes. Moi, ça fait 35 ans que j'entraîne et dans mon temps, la NBA était inaccessible, loin du Québec et de l'Estrie. Là, nos frontières s'ouvrent et on a de plus en plus de jeunes qui sortent du pays. Ça a été consacré avec Bennedict, a souligné Nathalie Boucher.

« Ça inspire nos jeunes à aller au bout de leur potentiel. »

— Une citation de  Nathalie Boucher, entraîneuse de basketball

L'entraîneuse croit d'ailleurs que cette sélection des Pacers aura un impact sur les jeunes Québécois, même à l'extérieur des terrains.

« Quand une figure comme ça nous arrive, on l'utilise et c'est vraiment excitant. »

— Une citation de  Nathalie Boucher, entraîneuse de basketball

J'irais jusqu'à dire que ça incite à rester à l'école. Nous, on se sert de ça. Je suis intervenante dans un milieu scolaire et j'utilise le basketball pour aller au bout du développement des jeunes, les pousser à finir l'école, à se donner des objectifs et des responsabilités, à gagner de l'autonomie, a-t-elle indiqué.

La structure québécoise a ce qu'il faut pour la NBA

Selon Nathalie Boucher, les programmes de basketball de la province ne limitent en aucun cas les possibilités des joueurs qui espèrent un jour devenir des professionnels.

Je pense qu'on a les programmes et les entraîneurs autant chez les garçons que chez les filles. On a ce qu'il faut pour pousser au maximum le potentiel de nos jeunes.

Le basketteur Bennedict Mathurin saute près du panier avec le ballon dans sa main droite.

Avant d'être repêché, Bennedict Mathurin jouait chez les Wildcats de l'Université de l'Arizona.

Photo : usa today sports / Kirby Lee

L'entraîneuse à l'École secondaire du Triolet considère par ailleurs le basketball comme un des sports les plus accessibles.

Ça prend un ballon, une paire de chaussures et un panier et ce n'est pas obligé d'être pratiqué dans de grosses installations. Tu peux joueur seul dans le parc ou encore à deux contre deux. C'est accessible à tous, conclut-elle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !