•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Exclue du nouveau cabinet de Doug Ford, Lisa MacLeod prend congé

Lisa MacLeod.

La députée provinciale de Nepean, Lisa MacLeod (archives).

Photo : Radio-Canada / Brian Morris

Radio-Canada

Le même jour où elle a perdu son poste au sein du nouveau cabinet ontarien du gouvernement Ford, la députée progressiste-conservatrice de Nepean, Lisa MacLeod, récemment réélue, a annoncé qu’elle prenait congé pour s’occuper de sa santé mentale et physique.

Dans une déclaration publiée sur les réseaux sociaux vendredi après-midi, Mme MacLeod a déclaré qu’elle suit les conseils de son médecin et de son équipe de soutien médical.

Les dernières années ont été difficiles pour beaucoup de gens. Je sais que je ne suis pas la seule à cet égard. Dans mon cas, ma santé mentale et physique et mon bien-être ont été grandement touchés, peut-on lire dans sa déclaration rédigée en anglais.

« J’ai déjà parlé de certains de mes défis en matière de bien-être. Comme beaucoup de gens peuvent le comprendre, et comme ils peuvent trop bien le savoir eux-mêmes, le maintien de votre santé mentale et physique constitue un défi constant. Il y a des hauts et des bas. Je suis à terre en ce moment, mais je me relèverai bientôt. »

— Une citation de  Extrait traduit de la déclaration écrite de la députée provinciale de Nepean, Lisa MacLeod

Un chemin difficile vers la réélection

La progressiste-conservatrice Lisa MacLeod a été réélue comme députée de Nepean aux élections ontariennes du 2 juin en obtenant 39 % des voix, soit une baisse d’environ 6 % par rapport à son résultat de 2018. Les libéraux sont arrivés au deuxième rang avec 33 % des voix.

Le soir de sa réélection, Lisa MacLeod n’a parlé aux médias ni avant, ni après sa victoire. Les journalistes ont été exclus de son bureau de campagne pendant son discours de victoire.

Pendant la campagne électorale, le NPD de l’Ontario a révélé que Lisa MacLeod avait reçu plus de 44 000 dollars sur trois ans sous forme d'allocation de la part de son association de circonscription de la région d'Ottawa, y compris de l'argent pour l'aider à payer son logement.

Même si le tout était légal, le chef du Parti progressiste-conservateur, Doug Ford, a dit qu’il était frustré par cette situation et qu’il collaborerait avec les autres chefs de parti afin d’empêcher l’utilisation des fonds d’associations de circonscriptions pour les allocations des députés.

Une femme parle au micro devant des gradins vides.

Comme ministre du Patrimoine, du Sport, du Tourisme et des Industries culturelles, Lisa MacLeod a soutenu les clubs d'Ottawa, comme l'Atlético (archives).

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Celle qui est la plus ancienne députée progressiste-conservatrice en poste dans la région de la capitale fédérale n’était pas aux côtés de Doug Ford lorsqu’il s’est arrêté à Ottawa pendant la campagne électorale.

Elle a publié sa déclaration après qu'il ait été annoncé que le député Neil Lumsden occuperait le poste de ministre du Patrimoine, du Sport, du Tourisme et de la Culture. Lisa MacLeod occupait ce rôle avant les élections provinciales.

Dans sa déclaration, Lisa MacLeod a remercié Doug Fordpour son soutien, sa gentillesse et sa confiance en moi au fil des ans.

C'est grâce à sa confiance en moi que j'ai eu des opportunités d'exercer du leadership, a-t-elle ajouté.

Elle a également écrit qu’elle appuiera ses anciens et ses nouveaux collègues du cabinet lorsque je le pourrai.

Des changements vivement critiqués

En 2019, alors ministre des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires, Lisa MacLeod a apporté des changements au modèle de financement de l'autisme de l'Ontario qui ont suscité la colère de plusieurs familles.

Elle a continué à faire l'objet de critiques pour ces changements au cours des années qui ont suivi, y compris lors de cette dernière campagne électorale, et a été particulièrement catégorique à ce sujet lors d'un événement de lancement de campagne au début du mois de mai.

Je défendrai toujours le droit de manifester pacifiquement. Mais ce que je ne défendrai pas, ce que ma fille ne défendra pas et ce que je sais qu'aucun d'entre vous ne défendra, ce sont les quatre années de harcèlement, d'intimidation et de menaces de mort que certaines personnes ont décidé de me faire subir, a-t-elle déclaré à une foule de partisans.

Emily Sheridan à l'extérieur. Elle tient une pancarte sur laquelle on peut lire « Autism Does Not End At Six! »

Les changements que Lisa MacLeod a apportés au modèle de financement de l'autisme de l'Ontario ont soulevé la colère de certaines familles (archives).

Photo : CBC / Jean Deslisle

Et encore aujourd'hui, on essaie de m'enlever ma voix; on essaie de vous enlever votre voix. Manifester pacifiquement, c’est oui. L'intimidation et le harcèlement pour essayer de faire démissionner un élu ne sont jamais acceptables.

Lisa MacLeod a parfois reçu une protection policière spéciale en raison des menaces qui l’ont visée.

On ignore si ce congé est lié aux critiques auxquelles elle est confrontée.

Mme MacLeod a écrit que même si les électeurs ne la verront pas autant cet été, son équipe sera là pour vous aider comme nous l'avons toujours fait.

Bien que prendre une pause ne soit pas une décision que j'ai prise à la légère, c'est la bonne décision à prendre en ce moment, conclut-elle.

Avec les informations de Kristy Nease, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !