•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une clinique pour tous les Autochtones à Québec

L'extérieur d'une maison entourée de gazon vert.

La clinique Nitnat, située à Québec, près de Wendake, se veut un lieu culturellement sécurisant pour les patients autochtones qui la fréquenteront.

Photo : Radio-Canada

Dès lundi, deux infirmières et une médecin prodigueront des soins à la clinique Nitnat (qui signifie « chez nous » en innu), créée par le Centre d’amitié autochtone de Québec (CAAQ). Aboutissement de plusieurs années de travail, elle s’adresse à tous les Autochtones sans distinction.

Divers services de soins sont déjà proposés à Wendake, mais comme le souligne l’infirmière clinicienne Kathy Lainé-Grondin, ils sont réservés aux Wendat. Au 40 de la rue Morissette, ce ne sera pas le cas.

Au Centre d'amitié autochtone de Québec ainsi qu'à la clinique Nitnat, nos services et nos soins sont offerts à tous les membres des autres Premières Nations et à tous les Inuit qui vivent ou qui sont de passage dans le milieu urbain de Québec, explique Orania Gros-Louis, responsable de la clinique.

Celles et ceux qui consulteront dans cette clinique auront droit à tout ce qu’on trouve habituellement dans un CLSC : prélèvements, suivi de maladies chroniques, éducation sexuelle… En plus des soins, l’accent sera aussi mis sur la prévention.

Une clinique pour les Autochtones et par des Autochtones, cela reste nécessaire, estime l’infirmière.

Plusieurs refus

Certains autochtones qui se retrouvent dans le système de santé général se sentent perdus. Ils ont l’impression de ne pas être compris. Ça va vite, c’est grand. Ils sont soignés en français, qui n’est pas toujours leur langue première. Ça a de quoi être déstabilisant.

Kathy Lainé-Grondin s’y engage : À la clinique, on va prendre le temps, et on peut avoir recours à des interprètes qui parlent tous types de langues autochtones.

Plusieurs fois, le CAAQ a présenté son projet de clinique en vue d’obtenir un financement public; plusieurs fois, il a été refusé. L’affaire Joyce Echaquan a fait bouger les choses. Ça prenait un drame pour faire bouger les choses, constate la praticienne.

La clinique Nitnat est reconnue par la RAMQ. Celles et ceux qui s’y rendront pour se faire soigner seront donc couverts par la Régie de l’assurance maladie.

D’après les informations recueillies par Guillaume Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !