•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prison à vie pour l’ancien joueur des Lions Josh Boden, qui a tué son ex-conjointe

Josh Boden avec des lunettes fumées, en veste et cravate.

L'ancien receveur de la Ligue canadienne de football Josh Boden, photographié en 2012.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

L’ancien receveur des Lions de la Colombie-Britannique Josh Boden a été condamné vendredi à la prison à vie pour le meurtre de son ex-petite amie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 14 ans.

L’ancien joueur de football professionnel a été déclaré coupable l’automne dernier par la Cour suprême de la Colombie-Britannique d’avoir tué Kimberly Hallgarth en 2009, dans la maison qu’elle habitait avec leur fille de trois ans.

Lors de l’audience de détermination de la peine, la semaine dernière, le procureur de la Couronne Brendan McCabe a expliqué à la cour que Josh Boden, maintenant âgé de 35 ans, a battu Mme Hallgarth avant de l’étouffer, puis a maquillé la scène du crime pour faire croire à un accident.

La Couronne demandait qu’une libération conditionnelle ne soit pas possible avant 15 ans, alors que l’avocat de l’accusé demandait une période d'inadmissibilité de 12 ans.

Coupable d'agressions sexuelles

Josh Boden a joué pour les Lions, dans la Ligue canadienne de football, lors de la saison 2006-2007.

En 2008, il a été renvoyé de l’équipe après une accusation de voies de fait contre sa petite amie, dont il a été acquitté.

Il a ensuite joué avec les Tiger-Cats de Hamilton, en 2009, avant d’être retranché.

En 2011, Josh Boden a été trouvé coupable d’agression sexuelle contre deux femmes, ainsi que de voies de fait contre un policier.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.