•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Outaouais sera bien représentée aux Championnats canadiens de karaté

Rock Guindon observe ses athlètes.

Dix athlètes du dojo Larouche Karaté prendront part aux Championnats canadiens de karaté cette année.

Photo : Radio-Canada / Ismaël SY

Certains athlètes de l'Outaouais célèbreront la fête du Canada dans la ville de Saint-John's, à Terre-Neuve-et-Labrador, la semaine prochaine. C'est que ce sera le grand retour des Championnats canadiens de karaté, après que la pandémie de COVID-19 ait forcé l'annulation des deux dernières éditions.

La région y sera bien représentée : une quarantaine de karatékas en provenance de cinq dojos différents de l'Outaouais seront en action du 1er au 3 juillet. Environ 530 athlètes et plus de 180 entraîneurs feront le voyage vers l'est du pays.

L'Outaouais a toujours bien performé sur la scène nationale et internationale, donc on a de bonnes raisons de penser qu'autant mes athlètes que les athlètes qui proviennent des autres dojos ont d'excellentes chances de monter sur le podium, estime le Sensei Rock Guindon, qui accompagnera dix athlètes du dojo Larouche Karaté.

Du lot, certains karatékas comme Mathieu Doucette en seront à une première expérience d'envergure nationale.

C'est sûr que ce serait le fun de gagner, mais je vais là-bas pour avoir du fun pis de l'expérience, confie l'adolescent.

D'autres sont beaucoup plus expérimentés. Médaillée de bronze des Championnats panaméricains au mois de mai, Hana Furumoto-Deshaies n'a qu'un objectif en tête.

C'est sûr que je m'attends à rien de moi qu'une première place, parce que j'aimerais défendre mon titre, donc c'est sûr que c'est l'objectif, confirme la membre de l'équipe nationale.

Deux athlètes après un entraînement de karaté.

Lily-Rose Nolet et Hana Furumoto-Deshaies sont deux des karatékas gatinoises les plus talentueuses (archives).

Photo : gracieuseté

La Gatinoise espère surtout que sa présence se révèlera bénéfique pour ses partenaires d'entraînement moins expérimentés afin qu'eux aussi connaissent du succès.

On est une grosse équipe de Larouche Karaté. Je vais surtout là pour encourager les plus jeune qui vont venir avec nous pour la première fois et enjoyer l'expérience, précise Furumoto-Deshaies.

Chose certaine, qu'ils soient jeunes ou moins jeunes, les karatékas gatinois seront bien outillés pour relever les défis qui les attendront sur les tatamis.

On s'en va, après l'entraînement, avec un préparateur mental pour visualiser ce que ça prend pour se préparer pour un championnat d'envergure comme ça, souligne M. Guindon.

Après trois ans d'attente, les meilleurs karatékas d'un océan à l'autre pourront donc à nouveau en découdre. Les athlètes de l'Outaouais le clament haut et fort : ils n'ont pas l'intention de revenir de ce grand rendez-vous les mains vides.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !