•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une reprise du tourisme espérée en Estrie cet été

La plage du lac Stukely au parc national du Mont-Orford.

La plage du lac Stukely au parc national du Mont-Orford. (archives)

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussiere

Radio-Canada

Après un lent début de saison, des acteurs du milieu touristique estrien espèrent une période estivale plus occupée.

Simon Proulx est propriétaire du Restaurant Minton et copropriétaire d'un camion de cuisine de rue à Hatley. Le printemps a été catastrophique pour ses deux entreprises.

Malheureusement, la saison part très lentement. Plusieurs facteurs sont en cause, je crois, dont le prix de l'essence qui est très élevé et qui ralentit le déplacement des gens, avance-t-il. Il croit également que la météo du mois de juin a découragé les touristes.

Il ne faut cependant pas perdre espoir, puisque Tourisme Cantons-de-l’Est espère une reprise des activités touristiques en juillet, août et septembre. 

On n'a pas de données précises sur le taux de réservation de la clientèle américaine. Ce qu'on sait dans le passé, c'est qu'ils arrivent un peu plus tard dans l'été, contrairement à la clientèle ontarienne qu'on a entendu être déjà sur place actuellement, remarque Annie Langevin, la directrice générale de Tourisme Cantons-de-l’Est.

Amélie Boissonneau, de Destination Sherbrooke, tient le même genre de discours. Oui, on peut penser que la saison touristique va être intéressante, très belle. Un petit début en douceur quand même, mais ce n’est pas nouveau pour Sherbrooke. Souvent, on voit que ça commence plus autour du 5, 6, voire 10 juillet, soutient-elle. 

Le tourisme sportif et les nombreux festivals devraient notamment attirer des visiteurs. L'objectif de Destination Sherbrooke est également de retenir les Sherbrookois dans la ville.

Ils ont envie de sortir. Donc on est en mode séduction auprès d'eux. On a d'ailleurs lancé une campagne récemment de passeports attraits, des genres de forfaits, beaucoup d'activités en même temps pour dire aux gens "restez à Sherbrooke, car il y a beaucoup à faire!”, s’exclame Amélie Boissonneau.

Les visiteurs étrangers ne représentent maintenant que 5 % du tourisme de la région, d’où l’importance de penser au tourisme intérieur.

Je pense que pendant la pandémie, les gens des Cantons-de-l'Est ont redécouvert leur région, ont trouvé des activités, des trucs chouchous à faire qu'ils vont continuer de faire. Aussi, toute la clientèle québécoise a été au rendez-vous. Il faut se rappeler que dans les Cantons, c'est quand même 95 % de notre clientèle touristique quatre-saisons qui vient du Québec, indique Annie Langevin. 

L'achalandage déjà remarqué dans les terrains de camping et les gîtes touristiques laisse espérer une saison estivale occupée.

Avec les informations de Jean Arel 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !